Le point I.

Pic by ozcan sarac

Vous avez sans doute remarqué que je postais moins ou que ce que je postais était bien moins étoffé qu’à mon habitude et je vous avoue être la première étonnée. Etrangement, ce blog est sans doute devenu un miroir d’une partie de ce qu’il se passe dans ma tête -une partie hein parce que si je vous donnais tout, vous seriez vite atteints de migraines- et est arrivé un moment où je me suis posée énormément de questions: pourquoi je postais moins, où a disparu mon envie, mes idées, mon enthousiasme,… Et même s’il reste certainement encore quelques zones qui me sont toujours floues pour une raison que je ne connais pas encore (et que je ne connaîtrai peut-être jamais. Mais Freud, où es-tu?), je pense avoir trouvé plusieurs réponses.

1) Je suis arrivée, sans le réaliser, à un point de ma vie où je dois prendre des décisions importantes. Alors que ça ne fait que trois petites années que je loue, je commence à en avoir ras la touffe de jeter mon argent chaque mois par les fenêtres au moment de payer le loyer. Depuis la rentrée scolaire, je mets donc en place un projet qui va me tenir la grappe sur le long terme, qui me fout les chocottes à balle mais qui, quand je le retourne dans tous les sens, me semble être la meilleure solution. Une très bonne solution même au vu de la difficulté de certains à arriver à s’installer une bonne fois pour toutes! Sur ce coup là, même si le sacrifice est gros, j’y gagne beaucoup. C’est un peu mon unique projet de vie (ne me parlez pas de mariage et encore moins de gamins, pire que de jeter son argent par les fenêtres tous les mois ça…). Du coup, je suis dans mes petits calculs hypothétiques, dans des rendez-vous avec des notaires pédants et des entrepreneurs conciliants, etc.

2) J’essaie de vivre comme une citoyenne parfaite mais avec une auto qui m’a foutu de gros bâtons dans les roues, j’ai un peu de mal à certains moments. Alors non, je ne me plains pas, y a pire. Je réalise que j’essaie de gérer tout toute seule (*nan, je ne touche pas au mini compte épargne! nanannan! Je ne toucherai pas à ma prime de fin d’année!*) alors que d’autres ont des comptes qui plongent dans le négatif: moi je ne peux pas et je ne veux pas. Alors jusqu’à il y a peu, je me disais que je gérais comme une clette mais maintenant, en sachant ça, je réalise que je veux trop tout faire trop bien et que bein voui, je ne suis pas Crésus. Bah, des mois difficiles, ça arrive à tout le monde et on n’en fait pas une montagne pour autant… Sauf que je me demande comment je ferai quand mon projet sera mis en place et que viendra l’heure de douiller bien plus qu’un sympathique loyer. Ha bein oui… Là, je toucherai sans doute à mon compte épargne et je ne partirai plus à Madrid ou à Londres avant longtemps. Bref, je stresse un an avant l’heure et si ça se trouve, j’aurai gagné au Lotto d’ici là!

3) J’ai bientôt 28 ans et je suis toute seule…/ …/ … Hahahaha! Ne pensez pas que le célibat me pèse bande de filous! La vie seule ne me pèse pas du tout. Cependant, je réalise que ce fameux projet – dont je vous parlerai sans doute une fois que tout sera vraiment officiel, en attendant, vous devrez être patients- est un peu ce que mes parents ont fait à deux. Ce que des amis en couple font ensemble… Alors quand j’ai un notaire qui m’a lâché: « êtes-vous sûre de vouloir faire ça seule? Peut-être que si vous attendez un peu vous rencontrerez l’amour et les choses seront différentes et plus faciles. » J’ai dû serrer mon poing très fort dans ma poche et me contenir pour ne pas le lui enfoncer dans sa sale tronche de riche. Je crois qu’il a changé d’avis quand je lui ai répondu poliment:  » Et 3 ans après je serai sans toit et sans argent parce que empêtrée dans des démarches de dingues pour faire un partage des biens et des procédures lourdes? Vous n’êtes pas censé être bien placé pour savoir ça? Je ne vais pas attendre de rencontrer le crétin qui me bousillera tout ce que j’aurai essayé de construire par moi-même… » Pour ce qui est de ce qui touche à l’argent, je pense que je saurai gérer ça, j’ai toujours mis un point d’honneur à régler tous mes engagements en temps et en heure. Cependant, le stress, la pression et tout ce qui s’apparente au poids des responsabilités à prendre, je vais l’avoir toute seule sur mes épaules et c’est sans doute ça qui m’effraie le plus. Je serai seule pour gérer quelque chose qui me semble immense… Alors à certains moments, je me dis que je pourrai postuler dans n’importe quelle boîte de business à hautes responsabilités une fois que je me serai stabilisée… Et à d’autres, je songe à éplucher les établissements pour désaxés, on ne sait jamais…

4) Nan, ne me dites pas que je suis encore jeune et que je peux peut-être encore attendre un peu. Je ne veux pas de gosse je vous ai dit. Donc il n’est pas question de me faire engrosser par une aiguille et le sperme d’un inconnu. Par contre, l’échéance d’un prêt bancaire ne va pas m’attendre lui.

8 réponses sur « Le point I. »

  1. Allez, je vais faire la méchante, là, mais c’est parce que tu me tends une perche bien trop attrayante: le célibat ne te pèse-t-il vraiment pas?
    Parce que tu en parles tellement, mais TELLEMENT souvent que je ne peux m’empêcher de penser que tu le dis comme pour t’en convaincre… ou tout du moins faire croire que tu en es fière.

    Alors que bon, y a pas de quoi être fière, ni même d’avoir honte, hein: c’est comme ça, un point c’est tout.
    Non?

    1. Non, il ne me pèse pas. Enfin, comment séparer une chose d’une autre?… Il ne me pèse pas on va dire « dans la vie » parce que je n’ai jamais vécu avec quelqu’un ni finalement eu une relation « normale ». C’est un peu comme le caviar ou le foie gras ou le lacquement: si tu n’y as pas goûté, tu t’en fous finalement, tu vis bien sans.
      Mais d’un autre côté, je réalise qu’il y a des « avantages » à être deux. Seulement ces « avantages » ne sont que purement matériels et se manifestent maintenant parce que je dois prendre des décisions matérielles pour mon avenir. Je parle de rembourser ou d’obtenir un prêt à deux, d’avoir des avantages à vivre sous le même toit à deux (on douille moins pour les courses, on peut partager une auto, une connexion internet et une TV, etc.), de partir en vacances à deux ou des putains de promo dans des restos à deux.
      Cependant, je n’accepterai jamais de me « soustraire » à une vie de couple dans le seul but de ces avantages. Puis vu comme je tiens à mon projet, il est hors de question que je le mette en péril pour « l’amouuuuuuur ». Mais bon… C’est dur de se lancer là-dedans en ayant tout sur la tronche toute seule quand on sait que la plupart des gens font ça en couple. Mais je le ferai et même si je rencontre un jour quelqu’un, il n’aura pas son mot à dire là-dedans. Ca va être la prunelle de mes yeux ça.

  2. Bon courage pour ce projet, et il ne sera jamais trop tard par la suite si tu changes d’avis pour le « partager » et alléger tes mensualités : le même notaire pourrait se charger des formalités…
    Je ne te cache pas que je fais un peu la même analyse que Mlle Cathrine quand je te lis, malgré tes dénégations les plus farouches ! 🙂

    1. Arf, mais vous allez faire un club pour tenter de me persuader de quelque chose qui n’existe pas ou quoi? Et le Père Noël et les Cloches de Pâques tant qu’on y est non? 🙂
      Non, ce qui me lourde c’est quand je réalise qu’on facilite le chemin de la « réussite » aux couples (avantages fiscaux et tout ce que j’ai cité ci-dessus alors qu’ils ont déjà 2 salaires) et, alors que c’est bien plus méritant de se lancer seul(e), on vous fout tous les obstacles possibles et imaginables. Mais bon je ne peux pas nier le fait que 2 revenus rassurent plus une banque qu’un seul revenu… En gros, si on pouvait me donner une petite médaille, même en chocolat, quand j’en aurai fini avec tout ça, je crois que je pleurerai de bonheur! Mais les banques, ça ne fait pas ce genre de choses, ça préfère dépenser en huissier de justice. Bande de rapaces!

      1. C’est vrai ce que tu dis sur les avantages réservés aux couples ; moi aussi j’en pâtis et ça a même contribué à orienter certains de mes choix de manière à payer le moins possible pour les autres…^^

  3. En fait, vous êtes drôles parce que je ne fais allusion au célibat qu’au point 3 (sur 6 points au total…). Si vous pensiez qu’en disant que je faisais tout toute seule au point 2 je faisais allusion à un homme, vous n’y êtes pas du tout. Je veux dire par là que je ne suis pas aidée par une grand-mère, un père ou une tante (ouais, détrompez-vous, beaucoup de gens ont cette chance et si vous n’en faites pas partie, allez pleurer tout de suite!) et qu’en plus de ça, j’essaie de tout faire seulement avec mon salaire.

    1. Attention, Kim: ton argumentaire ressemble furieusement à une justification, et si besoin de justifier il y a, il est probable que tu sois effectivement en train d’essayer de nous (et de te) convaincre du bien fondé de tes propos 😉

      De toutes manières, concernant les avantages aux couples, tu prêches à convertie. Et c’est une fille qui bosse à mi-temps qui te le dit 😦

  4. Qui pousse à argumenter sur un seul point des 6 que j’ai exposé? Je ne parle pas que de ça dans mon article vous savez…
    Et si je prêche à convertie, je ne vois pas pourquoi tu te braques là-dessus alors.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.