Delphine Quirin nous couvre…

C’est avec une grande impatience que j’ai pu enfin aller voir l’atelier de Delphine Quirin vendredi passé. En effet, je pense que ça fait bien deux ans que je ratais ses ventes ponctuelles ouvertes au public et vous pensez bien que ma frustration était grandissante…

Alors qu’elle reste profondément attachée à Liège, Delphine Quirin a réussi à percer doucement mais sûrement dans le milieu de la mode. Bien qu’elle refuse de tomber dans la confection industrielle, ce petit bout de femme arrive désormais à vendre ses créations au-delà de nos frontières. C’est ainsi que des japonaises, anglaises, françaises ou autres se baladent à travers le monde couverte par du « made in Liège ». Prouesses techniques, jeux de matières et de formes, originalité, retour aux basiques ou encore esprit vintage, Delphine sait combiner pour émerveiller. Le choix du bonnet ou du chapeau devient alors un doux mélange entre décision esthétique et l’histoire potentielle qui pourrait se créer entre le couvre-chef et notre propre style… 

J’ai donc pu admirer-essayer-toucher-tripoter toutes les créations que la pétillante modiste proposait lors de l’inauguration de cette vente exceptionnelle d’automne. Une douce ambiance de boudoir chaleureux était bien installée, de nombreuses femmes piaillaient joyeusement à la vue de chaque nouveauté alors que leur mari ou compagnon attendait sagement près du vin et des amuses-bouches faits maison. De quoi se sentir comme dans un cocon avec la quasi-certitude de trouver un couvre-chef qui ferait notre bonheur…

C’était me tromper…. Car je n’en ai pas trouvé qu’un… Oui, je me suis dit qu’il fallait que je rattrape les années où je n’avais pas pu venir *Ouais! Je trouve les arguments débiles que je veux!*.

– Tout d’abord un joli bonnet gris en laine avec 3 mélanges de matières. J’aime le mélange ainsi que la couleur, le carré doré, les bandes latérales que l’on peut nouer ou pas à sa guise ou encore le pli à l’arrière qui lui donne un côté légèrement bombé.

Delphine Quirin/ Pic by kiwikoo
Delphine Quirin/ Pic by kiwikoo
Delphine Quirin/ Pic by kiwikoo

Vous le verrez mieux quand il fera suffisamment froid et que je le porterai le jour où l’idée saugrenue de faire des photos de look dehors me viendra à l’idée.

– Ensuite, un autre bonnet plus « coquet » et plus féminin. Il est d’un bleu nuit très profond, presque noir, d’une douceur à se damner et le noeud lui confère un côté romantique que j’apprécie particulièrement.

Delphine Quirin/ Pic by kiwikoo

– Et finalement un bandeau très large gris foncé avec une fleur travaillée que l’on peut porter sur le côté…

Delphine Quirin/ Pic by kiwikoo

Ou sur le devant pour un look plus à l’ancienne…

Delphine Quirin/ Pic by kiwikoo

L’atelier de Delphine Quirin est encore ouvert au public jusqu’au samedi 6 octobre de 12h à 18h dans la sympathique petite rue Pierreuse au numéro 26 (4000 Liège, derrière le Palais de Justice).

N’hésitez pas à aller voir son site ou sa page Facebook pour vous tenir au courant d’éventuelles autres portes ouvertes. Vous pouvez aussi la contacter et la rencontrer durant l’année si vous avez besoin d’un couvre-chef pour une occasion spéciale.

Waïkiki Orange/ Mavala.

Pic by kiwikoo

 

Une de mes couleurs préférées pour l’été: le Waïkiki Orange de Mavala.

Il a un côté « flashy » assez sympa sans tomber dans les couleurs criardes pour autant. J’ai toujours trouvé ce type de tons beaucoup plus sympa sur des ongles très courts *Je crois qu’en fait, j’exècre de plus en plus les ongles longs surtout…*

Bon, et ne faites pas attention aux bavures. Moi j’y vais à la barbare: on en met partout, on rattrape au coton-tige ce qu’on peut et on compte sur les futurs lavages de mains et douches pour dégager le surplus récalcitrant.

Autant amener un peu de printemps sur soi à défaut de pouvoir profiter de sa météo *connasse d’ailleurs…*.

 

Dans ma salle de bain, il y a…

Ha bein ça faisait longtemps ça! Un petit tour in my bathroom quoi!

Bon, allons au coeur du sujet…

Après une visite chez ma dermatologue, j’ai eu droit à une foultitude de prescriptions pour ma « jolie peau… fragile ». Alors… Fragile ayant une connotation « délicate », je peux vous dire que c’est plutôt une sale poisse d’avoir une peau fragile. Tout simplement parce qu’elle sèche à une vitesse de dingue, a des rugosités très facilement, est sensible aux vergetures, etc. Mais elle est belle hein… Pour combien de temps?

Ma dermato m’a donc demandé si j’hydratais bien ma peau (non non, pas seulement le visage!) et je me suis surprise à faire une tête d’enfant interrogée qui se demandait si se prendre un dimanche par mois pour se tartiner de beurre de corps Sephora (un masque hydratant sur la tronche, le vernis prêt à être étalé, … Bref, un dimanche cocoon) était suffisant. Bein quoi? Ca sent bon, ça devrait être ok non?

Loin d’être insatisfaite de mon beurre pour le corps, j’ai tout de même suivi les conseils de la doc’ et ai filé chez ma pharmacienne pour revenir perplexe avec une crème… A base d’urée…

Lait hydratant lissant Iso-Urea de La Roche Posay/ Pic by kiwikoo.
Lait hydratant lissant Iso-Urea de La Roche Posay/ Pic by kiwikoo.

Suivant ses indications, j’ai donc pris ma douche et ai testé l’affaire en ayant peur qu’une odeur de toilettes de station service mal entretenues ne m’attaque le nez… Hé bein que nenni!

L’odeur est délicieuse, ni trop forte ni trop discrète. J’étais déjà beaucoup plus rassurée. Ensuite, il est certain qu’après une bonne douche bien chaude, la peau absorbe mieux toutes sortes d’hydratant, les pores étant encore un peu « ouverts » suite à la chaleur. Cela dit, j’ai été agréablement surprise par le produit.

Tout d’abord, le flacon pompe est un système hygiénique que j’apprécie particulièrement. De plus, le goulot est facile à dévisser, je pourrai donc récupérer mes croutes quand je serai sur la fin du produit.

Ensuite, la texture du lait n’est pas trop liquide comme je le craignais. Je déteste les laits qui ont une texture semblable à celle d’un gel douche: ça coule entre les doigts, faut rattraper le lait pour ne pas qu’il se barre ailleurs que sur sa peau, c’est froid, il faut se dépêcher… Bref, pas pratique pour un sous. Non, ici, le lait est légèrement crémeux, ce qui permet d’avoir le temps de l’étaler correctement tout en gardant un pouvoir de pénétration plus facile et rapide que celle d’un beurre.

L’effet est quant à lui assez impressionnant: en plus d’hydrater généreusement, l’Iso Uréa laisse un fameux film protecteur sur la peau qui est assez difficile à décrire. Il se situe entre le film gras mais toutefois pas assez gras que pour faire des tâches sur vos vêtements. Ce film (ou l’hydratation, je vous avoue que je pense que c’est sans doute un peu des deux) est très résistant puisqu’il laisse sentir sa présence pendant au moins 24h. Pour ma part, je dirais même que je le sens encore même après la douche suivante. De plus, la petite présence d’eczema que j’avais sur mes avant-bras a été fort bien calmée.

La quantité est raisonnable. Le lait ne pouvant être appliqué que sur le corps (les produits à base d’urée ne sont pas bons pour la peau du visage), le flacon contient 400ml bien tassés. Cela dit, vu son prix – 23EUR-, j’ai décidé d’y aller molo. J’alterne donc mon beurre ou un hydratant traditionnel avec l’Iso-Uréa histoire de le faire durer le plus longtemps possible. Ainsi je ne perds pas le pouvoir d’hydratation, je le renouvelle – sans doute moins bien que si je l’utilisais tous les jours, certes- et je ne suis donc pas complètement « sèche » lors de la prochaine utilisation de l’Iso-Uréa.

Finalement, le test ultime de la mort qui tue sa race: mes petites mimines. Comme vous le savez, je bosse quotidiennement en caressant amoureusement de mes petits doigts une saleté de matière nommée la craie… Je ne vous parle même pas des sales seaux d’eau pas toujours facilement renouvelable remplis de calcaire… Et de craie. J’ai essayé beaucoup de choses dont la crème Neutrogena pour les mains et l’effet de la plupart des produits disparaît après plusieurs lavages des mains. Et Dieu sait qu’on doit se laver les mains assez souvent en journée… Hormis l’huile gommante de chez Sephora qui était assez satisfaisante mais pas encore assez résistante à mon goût, je n’avais pas encore trouvé mon bonheur. L’Iso-Uréa maintient une hydratation bien plus longue malgré toutes les agressions quotidiennes. De plus, elle réduit les petites peaux sèches qui aiment venir s’installer sur mon index et mon pouce droit (vous l’avez deviné, je suis droitière, bingo!). Et franchement, si elle réussit à maintenir mes mains en bon état pendant plus de 24h, je ne suis pas du tout inquiète pour le reste du corps.

Pour finir, j’ai été plus que surprise par l’effet psychologique que ce lait a eu sur moi (ouais, prenez-moi pour une folle). C’est assez drôle parce que vu qu’il est efficace, je prends plus à coeur de m’octroyer 10 minutes tous les soirs pour hydrater mon corps, chose que je ne faisais pas avant. Il aura donc fallu 29 ans pour qu’enfin un lait (et une dermato efficace) me secoue les cloches correctement. Mieux vaut tard que jamais non?

Summer pic-nic.

Je pensais ne jamais poster cela un jour mais vu qu’il fait splendide aujourd’hui et que je vais en profiter pour aller faire un bain de vitamines D au parc avant que l’automne ne débarque pour de bon, je me suis dit que c’était un signe pour que je vous fasse partager une récente passion qui me dévore (enfin, surtout mon compte en banque).

Cela faisait un an que je bavais sur le site de Bento & Co sans jamais avoir vraiment réussi à sauter le pas… Jusqu’à un peu avant le début de l’été. Vu que je finissais de bosser, j’ai d’abord commandé une petite bento ainsi qu’une bento pic-nic qui, malgré le temps pourri, a tout de même été fortement rentabilisée.

Pic by kiwikoo.

Depuis j’en ai commandé d’autres qui me serviront pour aller au boulot et mieux manger (et je vais en reprendre d’autres plus grandes pour les jours de grande  faim gnark gnark gnark!).

Quoi qu’il en soit, j’adore le concept. Anciennement traumatisée des laides boites à tartines complètement impersonnelles, les Bentos ont complètement changé la donne.

Tout d’abord, leur esthétisme soigné les rend très attractives (qui n’a pas envie de frimer à côté des Tupperwares fadasses des collègues avec ça??) et ensuite, l’optimisation de l’espace qu’il faut en faire donne une furieuse envie de se préparer des lunchs variés, colorés et savoureux. Car il faut savoir que même petite, la Bento doit être remplie au possible afin d’éviter que tout ne se mélange. On peut donc vite être étonné de la capacité de contenance d’une boîte à priori fort petite. Il existe même des règles quant aux proportions à y mettre (3 doses de riz, 2 doses de légumes, 2 doses de viande ou que sais-je encore…).  Alors que certains concours d’esthétisme des contenus de Bento existent, moi je préfère me dire que c’est une occasion pour y faire un bon repas très présentable et sain.

Voilà la présentation de ma Sakura pic-nic sur 2 étages.

Etage du bas: salade de pommes de terre au thon-persil/ cup contenant des citrons verts/ séparation avec des crudités/ salade de pâtes-feta-poivron rouge-ciboulette.

Pic by kiwikoo

Etage du haut:Brochettes de jambon de parme-basilic-mozzarella (dans le jambon)/ onigiri de riz blanc-graines de sésame-coriandre-oignons frits-coriandre-animal bottle contenant de la sauce soja/ sandwich formé avec des moules panda sando au blanc de poulet-échalottes-moutarde/ omelettes japonaises-coriandre surplombées des pics pandas trop géniaux.

Pic by kiwikoo

J’ai nourri 3 personnes dont un grand gaillard qui vaut 2 estomacs de fille…

Ce qu’il faut savoir sur les Bentos:

– Elles doivent normalement être composées de mets japonais… Mais perso… Je n’ai pas tout ce qu’il faut et puis de toutes façons, pouet. Le but est surtout de m’amuser.

– Beaucoup pensent qu’il faut passer des heures le matin pour préparer sa Bento de midi au boulot. Non. Le principe de base étant de récupérer les restes de la veille. Pour ma part, je pense que manger tout le temps les restes de la veille (quand il y en a), n’est pas très bon pour l’organisme (la variété vaut mieux). Je crois que beaucoup d’utilisateurs s’y prennent la veille ou préparent des bases le w-e qu’ils mettent au congél’ et sortent ce dont ils ont besoin au fur-et-à-mesure que la semaine avance. Si on fait ainsi, la préparation de la Bento le matin prend au grand maximum 10minutes.

– Il y a de multiples accessoires pour vous faciliter la vie. Des petites pochettes à mettre au congél la veille pour garder vos salades ou fruits  frais. Des petites bouteilles pour y mettre vos vinaigrettes histoire que vos salades ne soient pas toutes racrapotées. Des pics pour éviter les fourchettes. Des séparateurs afin de pouvoir planquer dans votre Bento votre dessert non loin de vos plats salés sans qu’ils ne se mélangent et ne donnent une bouillie infecte, etc.

– Je crois que « Bento » est un nom masculin mais j’ai envie de le féminiser parce que c’est vraiment trop mignon.

Littérature et blogs:

Bento par Thomas Feller chez Hachette Pratique Collection 27. Je l’ai trouvé à 7,75EUR chez Club. Très pratique, plein de recettes très simples (repas et desserts) sans ingrédients difficiles à trouver et avec des suggestions d’accompagnements. Le plus étant que toutes les recettes peuvent être aussi utilisées pour des plats normaux.

– Le blog de chez Bento & Co dans lequel l’équipe poste de temps en temps ses propres lunch. Allez aussi sur leur page Facebook. Là vous verrez tous les clients y mettre leurs propres utilisations de Bento. C’est très varié et ça donne beaucoup d’idées. De plus, sachez que l’écuipe de Bento & Co n’est pas du tout avare de conseils. Ils sont très rapides et répondent de manière très complètes à vos questions. C’est ce que j’appelle un très bon service clientèle. Les livraisons sont assez rapides (par SAL en tous cas) et les produits toujours en très bon état.

– Le blog de A Vos Baguettes créé par une expatriée française vivant au Japon. Elle y explique très bien une multitude de recettes souvent accompagnées de vidéos. Elle partage aussi sa passion pour le Japon et quelques moments de sa vie.

– Le blog de Mes Bentos à Moi aussi très varié et toujours illustré avec de bonnes photos.

– Le blog de Rie: Rie’s Bento and Cooking. Alors… Si j’ai bien saisi, je pense que c’est une japonaise expatriée en Norvège. Le blog est en français et en anglais et fort complet. Elle propose beaucoup de recettes de mets japonais avec des explications très simples et assez faciles à suivre. Puis elle a l’air sympa aussi. De plus, elle n’hésite pas à partager ses bentos quotidiennes.

Il y en a certainement plein d’autres mais je risque d’inonder cet article…

Sur ce, je vous laisse (vider votre compte en banque sur le site hahaha) et vais remplir une petite Bento de fruits contre laquelle je vais coller ma petite pochette préalablement mise au congél’ et je vais faire la baleine au parc!

Glam baking.

Pic by kiwikoo.

Le truc qui me relaxe totalement quand j’ai trop de choses qui se bousculent dans ma tête, c’est cuisiner. J’adore ces moments où je suis concentrée sur une seule chose qui suit une logique, des règles à la fois abstraites et concrètes, et qui doit donner lieu à quelque chose qui est à la fois magique et réel.

Bref, tout ça pour vous dire que j’avais déjà vu cette petite poupée à Londres et que, sur le chemin du retour, je m’étais longuement flagellée de remords… Des fois, être raisonnable, ça peut presque vous mettre en dépression…

Puis en allant acheter ma place pour le Micro-Festival à La Carotte… J’ai presque défailli. Elle était là, avec d’autres petites soeurs, elle me tendait ses non-bras et me disait qu’elle ne m’en voulait pas de l’avoir laissée là-bas, que de toutes façons, on était faites l’une pour l’autre et que le destin nous réunirait quoi qu’il se passe *bordel, quand est-ce qu’un BEAU mec me dira ça??? Jamais, je sais… Puis je partirais en courant aussi*.

Je l’ai donc ramenée chez moi et nous avons fait connaissance. La petite cocotte s’appelle donc M-CUPS (matryoshkas made to measure) et chacune de ses parties est une measure cup. Pour ceux qui ne comprennent rien, sachez que beaucoup de recettes de pâtisserie anglaises et américaines se font avec des measure cups… Genre une tasse de sucre, 3/4 tasse de farine, etc. Et soit j’abandonnais, soit je le faisais au pif (en me prenant la tête au préalable entre mes différents types de tasses), soit je grimaçais devant les sites qui convertissent les mesures.

J’ai donc pu tester une recette que j’avais déjà faite au pif avec une tasse à moi: les muffins à la myrtille et à la framboise (merci encore C. pour la recette, tu es la Vierge Marie de mes papilles) et le résultat avec mes petites M-CUPS est bien meilleur. Mes muffins sont parfaits, moelleux comme il faut, aérés et délicieux.

Pic by kiwikoo.

En plus du côté pratique, le design est vraiment joli, le côté Matrioshkas rend enfin des ustensiles de cuisine faciles à ranger (il faut aussi savoir que ma cuisine est assez petite… C’est un peu une tragédie pour quelqu’un qui aime cuisiner) puis elle est tellement mignonne qu’elle peut trôner sur une table à manger comme un objet de déco sans être démasquée. Petit détail de taille: le sommet de la tête de chacune d’elles est aplati. Vous n’aurez donc pas à les faire tenir en équilibre au moment de mettre 1/3 d’huile.

Depuis mes muffins, il est clair et net que les recettes amerlo-anglounaises doivent être faites avec des tasses appropriées. Maintenant, chaque soir, je leur fais un petit bisou (et mes kg en trop aussi) et elle (nous) le rendent bien.

Vous pourrez trouver ces petites merveilles à…

La librairie La Carotte

Blvd de la Constitution, 73

4020    Liège

Mardi-Vendredi: 10h-18h30

Samedi: 11h-18h30.

Faites cependant très attention, La Carotte regorge de splendides trésors en tous genres allant de magnifiques livres d’architecture, de design aux appareils Lomo, accessoires déco (je bave sur les téléphones vintage…), bijoux et plein d’idées cadeaux sympas.

Wishlîîîîst!

Le Marché de Noël et ses illuminations commencent à s’installer, le froid vient s’immiscer dans nos vies comme un sale charognard qui vient grignoter nos graisses si difficilement gagnées durant les barbecues estivaux *dégage connasse, la brochette et la merguez, c’est POUR MOI. Et si tu finis la splendide salade de pommes de terre, je te démonte ta sale tronche*, on re-sort, les plaids, les bougies et on essaie de résister dignement à la tentation d’allumer celles qui sentent trop bon le pain d’épice tant que le calendrier n’affichera pas « 1er décembre ».

Et qui dit décembre… Dit St Nicolas, praïme de fin d’année pour les chanceux qui bossent, Noooowéééél et les soldes à Maas (yeaaaaaaaaaaaaaaaaaaah). Puis surtout, puisque je suis fauchée, je fais des listes histoire de dépenser mes sous-sous in-tel-li-ge-mment… C’est-à-dire, dans les mââââgasins (ahem). Alors… Une fois que j’aurai acheté de l’oscillo-coccinum, un nouveau filtre pour un robinet ou encore, du Destop, je me jetterai sans aucun doute sur une des choses suivantes:

1) Des chaussures sans trou déjà… Puis avec des talons parce que je le vaux bien.

Boots New Look

2) Aussi sans trou… Mais plates parce que mes pieds, mes ligaments, mes genoux, mon dos le valent bien. Je ne sais pas pourquoi mais ça fait presque un an que je veux des jolies chaussures de mecs. Bien portées avec un beau jean, ça éclate tout. Je trouve ça vraiment très très classe. J’ai pu voir quelques modèles adaptés aux femmes avec un bout moins allongé et je suis amoureuse.

3) Nan mais si vous saviez… Je sais que je vous emmerde avec ça et je ne vais pas m’arrêter. Je m’endors avec le bruit des glaçons qui cognent contre la coque de cette splendide invention. Ouais, je suis folle et ouais, j’aime ça.

*Sachez qu’à l’instant où j’écris cette partie de l’article, j’ai un diablotin qui vient de me mettre dans des commentaires de l’article sur la soirée cocktail une référence de livre à recettes de cocktails. Des fois, les gens bien, c’est le mal. LE MAAAAAL!… Donc évidemment, on joint à cette photo de beaux verres à cocktails et… Bein le bouquin hein… Pffff, on n’est pas sortis de l’auberge…*

4) Le gilet de l’autre avec son sourire de débile heureuse. Mais bon, je le sens… Il va me passer sous le nez d’ici début décembre.

Gilet du suédois hein.

5) Une pièce de La Fille d’O (ou comment une fille peut être butée quand elle flashe sur une fringue…).

A treasure by La Fille d'O

6) Alors là, je m’étonne moi-même…

Brow Zings by Benefit

Lors de mon dernier jour à Madrid, j’ai eu le malheur de passer devant un stand Benefit dans un Corte Inglés. Une vendeuse m’a alors littéralement sauté dessus et m’a appliqué des couches de plein de trucs différents sans même me démaquiller auparavant (à la différence des vendeuses de chez MAC… Me semble que c’est un peu plus intelligent non?). Le seul produit dont j’ai vraiment été contente (bien que je ne blâme pas les autres mais bon, là, avec une dizaine de couches sur la tronche, on ne peut pas dire qu’on en retirait beaucoup d’avantages…) est ce machin pour les sourcils. Je n’ai jamais trouvé d’intérêt à se maquiller les sourcils mais vu que là, je n’ai pas trop eu mon mot à dire, je me suis tournée vers le miroir et j’ai vu une fameuse différence. Une forme bien plus nette ET naturelle *Et c’est là qu’on réalise que les sourcils, ça peut être en désordre… Illumination typiquement féminine là… Petits cris d’anges… Lumière divine qui descend sur moi*. Le boitier est petit et vraiment facile à emporter. Je pense qu’avant, je n’en aurai rien eu à faire mais il se trouve que je porte maintenant des lunettes (ouais… pffff) et on dirait que ça arrange le dessin de la courbe des sourcils qui me semble tout d’un coup être bien plus existante que lors de ma période pré-lunettes.

7) Et puis juste pour rêver alors que mon vieil ASUS fait un bruit de fou à cause des ventilos (non, je ne l’ai jamais posé sur mes jambes, oui j’ai toujours mis un support convenable pour qu’il reste aéré, j’ai investi dans un Dave (une table IKEA pas un gigolo qui tient les ordis) et un coussin à surface rigide, blablabla… Mais il fait toujours un vacarme à devenir dingue):

Mais bon… Le rêve s’arrête quand j’ai le malheur d’apercevoir les prix.  Même si c’est plus beau et plus ergonomique, et plus léger, et plus tout ce que vous voudrez, je trouve tout de même ces machines fort cher. Je crois qu’on paie finalement la petite pomme qui brille, la marque et surtout l’objet « d’art » qui fait bien dans n’importe quel intérieur. Je vais me faire incendier par tous les propriétaires de MAC (c’est un peu une famille ces gens ^^) mais mon compte en banque et mes comparaisons de prix me brûlent plus fort encore.

 

Bon… Ok, j’ai déjà craqué sur une de ces choses… Si vous arrivez à deviner laquelle, vous gagnez toute mon admiration. Que ceux qui m’ont vue avec la-dite chose laissent les autres deviner. Je vous vois arriver hein. Un peu de fair-play siouplaît les gens!

P.S.: Mon annif, c’est le 8 janvier. Alors je fais de la wishlist LE-GI-TIME!

 

Cette année…

Bon, l’année recommence, la rentrée se fait et j’ai une tonne de boulot pour lequel je ne suis pas motivée pour un sous.

Ouais, parce que j’ai bien mieux à faire que de bosser. Genre vivre – maintenant que je peux- et courir un peu partout. J’ai comme l’envie de rattraper tout ce que je n’ai pas pu faire l’année passée. Menos mal comme diraient les espinguoins.

En gros, je veux:

  • Aller à Bruxelles voir enfin le fameux Hunting and Collecting histoire de bien me souvenir que même si j’aime les belles choses, c’est souvent hors de portée de mon portefeuille. On n’a que le mal qu’on se fait non? Puis merde, je me ferai au moins plaisir des n’yeux.
Pic taken on the Hunting and Collecting website.
Pic taken on the Hunting and Collecting website.

  • Aller à Anvers voir la boutique All Saints découverte à Londres. C’est drôle, il y a vraiment des pièces horribles comme des choses magnifiques. J’adore leur T-shirts graphiques aux têtes de mort à deviner comme je vomis leurs pièces à volants et volontairement coupées en espèce de V qui tombe.
  • Puis sinon, j’aimerais aussi bien découvrir River Island, une chaîne de magasins anglais qui a ouvert ce mois-ci à Anvers. Un point déjà s’ils n’ont pas la musique tellement fort que je ne m’entends plus penser. Jackpot si les prix ne me font pas faire un infar’.
Pic taken on River Island website.
  • Aller à Gand déjà pour découvrir la ville puis pour deux autres raisons:

– Voir s’il n’y a pas un truc gigantesque où on vendrait plein de La Fille d’O. J’en essaierai plein puis j’irai pleurer avec mes yeux et le restant de mon corps parce que je suis trop à la dèche pour le moment… Cela dit, je suis teigneuse, un jour, j’en aurai!

– Découvrir ce que Marion Cointot propose en magasin. J’ai flashé sur une de ses robes. Je prie pour qu’elle ne m’aille pas parce que sinon, je suis aussi partie pour compter ma mitraille dans ma tirelire et gratter tous mes fonds de poche. Je vous la mets ci-après. Comme je le dis toujours, il n’y a pas de raison pour que je ne vous emmène pas avec moi dans ma chute:

Dress by Marion Cointot/ Pic by François Coquerel.

Dans un tout autre registre, je veux aller voir Black Mountain le 5 octobre à l’AB. Matt Elliott et My Little Cheap Dictaphone le 9 octobre à Charleroi, Beach House et Caribou le 27 novembre à l’AB. Puis aussi Redneck Manifesto le 5 décembre à l’Inside Out à Liège *mat-rock, je t’aimeuuuuu*.

Puis je termine en vous faisant baver. Je bouge enfin sur Madrid pendant une semaine au mois de novembre. Je crève d’envie de le gueuler sur Fesses de bouc au monde entier mais je fais la surprise à mes anciens collègues alors je me lâche ici où ils ne vont pas (ou ne comprennent rien): gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii… *éternel le cri de joie*.

Au fait, si quelqu’un veut m’aider à poser une bombe dans tous les magasins Desigual, ça ne sera pas de refus. J’ai encore du mal à manipuler les explosifs. Un stage est aussi accepté bien sûr.