L’Occitane te démaquille à coups de pétales!

Je suis une dingo des huiles et baumes démaquillants. J’ai dû m’en passer pendant 3 semaines quand je suis partie au Vietnam (pas eu le temps de trouver des formats voyage) et j’ai cru que ma peau allait se décoller de mon visage à chaque fois que je devais me démaquiller à l’eau micellaire. A mon retour, je n’avais qu’une envie (hormis dormir): le plaisir de me démaquiller à nouveau avec douceur.

Blog Moments #4: Quand la presse écrite se tire une balle dans le pied.

Ca fait maintenant 9 ans, bientôt 10 ans, que je tiens mon blog. Autant d’années ont permis une certaine observation du monde de la communication que je n’avais jusqu’alors jamais pu concevoir. Tout est intéressant et j’ai appris énormément (les relations PR qui commencent sans trop savoir où aller, l’édition de photos puis de vidéos, l’arrivée des réseaux sociaux, etc.). Le point commun dans tout ce que j’ai pu observer est une réelle évolution des blogueurs. Alors qu’au début, nous étions très amateurs, nous tendons de plus en plus vers un professionnalisme assez déroutant. Les responsabilités sont plus importantes (garder une transparence au niveau des partenariats, ne pas plagier ou copier-coller les dossiers presse, garder une qualité de publication, respecter des délais, etc.) et nous n’avons que les moyens du bord: nous-mêmes et une éventuelle solidarité entre blogueurs quand un pépin arrive.

Une autre constante que j’ai aussi pu observer avec beaucoup de tristesse c’est la non-évolution de quasi toute la presse écrite. Hormis certains media, la plupart aime nier les blogs. Les blogs, c’est la concurrence. En aucun cas la presse écrite ne se remet en question. Pourtant tout blogueur est aussi un lecteur de presse. Je m’en suis éloignée complètement pour la même raison qui fait que les blogs ont maintenant du succès: j’en avais marre de beaucoup d’articles condescendants, pas réalistes, des pubs toutes les 2 pages et des revues clairement dictées par une ou l’autre marque. Presque tous les magazines féminins (mais c’était le cas pour les autres domaines) étaient devenus des pages de publireportage dissimulé. Alors lorsque l’alternative des blogs avec des personnes étant des consommateurs et amateurs lambda est arrivée, bien sûr que j’ai préféré sauter dessus! En presque 10 ans, la presse écrite a souvent préféré penser que les blogs étaient leur ennemi au lieu de se dire qu’ils avaient peut-être eux-mêmes loupé un fameux coche: celui de la remise en question et d’un peu plus d’humilité.

Les liners, toute une histoire!

C’est souvent une bête noire commune à beaucoup: le fameux trait de liner. On en met trop, on tremble, on en fout dans son oeil, on ne fait pas les deux yeux de la même épaisseur, … Et je ne parle même pas de la petite virgule (aka « le flick » ou « feline flick » en anglais auquel j’aurai sans doute recours)! Il m’en aura fallu du temps pour le maîtriser moi-même, pour comprendre ce qui m’allait et ne m’allait pas et quelle sorte de virgule je pouvais faire (ou pas).

Je m’attarderai peut-être un peu plus dans une vidéo, si vous le désirez (dans ce cas, manifestez votre envie en commentaires), sur les différentes techniques pour arriver à faire son trait petit à petit (j’ai essayé de plein de façons, toutes m’ont aidée à acquérir de l’assurance en moi. Le « truc » le plus important était surtout de s’entraîner en fait). Ici, je voulais surtout vous proposer plus que de simples liners noirs. Quand on s’y connaît peu, on s’imagine que le liner est noir. D’autres sauront sans doute qu’il existe aussi des bruns (plus doux) ou des bleus foncés. En termes de liners « portables », c’est le trio infernal (et franchement, des fois, à mourir d’ennui…): noir, brun, bleu. J’avais envie de vous aider à sortir de votre zone de confort comme je suis sortie de la mienne et de vous ouvrir, si vous ne le connaissiez pas déjà, au monde des liners colorés portables et à haut potentiel (tu le mets et hop, c’est bon t’as fait tout ton look make-up rien qu’avec ça).

VIETNAM VLOG #6: Hoi An.

Une fois qu’on a mis les pieds à Hoi An, on se demande vraiment pourquoi Paris porte le surnom de « ville des lumières ». Parce que franchement, après avoir vu Hoi An, Paris peut aller se rhabiller fissa! He oui, ça a été sans aucun doute mon étape préférée dans tout le Vietnam…

VIETNAM #4: Hanoï bis.

Après un détour par les montagnes de Sa Pa, nous sommes donc revenus à Hanoï quelques jours. J’en ai évidemment profité pour revenir me balader autour du lac si agréable en fin de semaine mais je n’ai plus filmé, j’ai préféré en profiter sans devoir sortir mon appareil. Par contre, nous avons visité d’autres lieux très intéressants.

VIETNAM #3: Sa Pa.

Et on continue! Après l’arrivée à Hanoï et la Baie de Ha Long, c’est à Sapa que nous sommes allés. Un bon chauffeur pour nous emmener dans les hauteurs, beaucoup de tournants, de buffles, de montées et de coups de klaxons et nous y étions en quelques heures. C’est d’ailleurs impressionnant à quel point le climat peut changer: de l’humidité et la chaleur d’Hanoï, je pouvais, après quelques heures, respirer et même avoir un peu froid le soir à Sa Pa!

Vietnam #2: Baie de Halong.

Nous en étions donc à découvrir un peu Hanoï dans le vlog précédent… Mais vous allez vite voir que le programme était chargé puisqu’on s’en va déjà voir la fameuse Baie de Ha Long (ou Halong, les deux sont tout aussi courants bien que je pense que la version en 2 mots est sans doute la plus correcte).