Ardentes J2

Z’ai mes petons trempééééés et froids comme des glaçons! Journée bien plus calme pour nous, pas trop d’interviews de prévues donc moins de lifts donc plus de temps libre. J’ai découvert Cool Kids, gentils rejetons des Beastie Boys, et ensuite, Yelle. Et Yelle, elle comble la scène à elle toute seule. Même si je ne suis pas du genre à prôner à tous prix le « Girl Power », je dois bien avouer qu’au moment de sa reprise d’ « A Cause des Garçons », je me suis sentie enveloppée par une drôle de sensation de solidarité féminine… C’est étrange comme on peut se réunir dans la souffrance… lol Tout de même un peu déçue qu’elle n’ait pas été accompagnée de danseurs de techtonik (ite? je ne sais jamais et vu l’heure, pas le courage de vérifier). Enfin soit, de la musique bien légère, du peps’, de l’énergie, de la frivolité, premier concert en entier pour moi et ça fait du bien par où ça passe. D’un point de vue plus pratique: le temps… Aussi petit pays et aussi proche de la France que nous puissions l’être, après une après-midi à passages ensoleillés, nous avons encore eu droit à un bon gros orage accompagné d’une douche belge fidèle à elle-même, puis une espèce de sale crachin bien désagréable, puis une douche, puis un autre crachin, puis une douche… Pour ce qui est du site: c’est le Vietnam… MAIS en bonne prévoyante que je suis, j’avais une bonne grosse paire de bottes que j’ai mise en dehors de l’espace presse. La paire de bottes en festival, ça vous donne des ailes de Mimi Cra Cra, un sourire malicieux malgré les 5-10 cm de boue dans lesquelles mes pieds sont bloqués et un sentiment de je m’en foutisme des plus sympathiques. Ce qui ne m’a pas empêchée d’avoir les pieds trempés dans l’espace presse: merci la pluie, merci les baskets qui percent, merci les flaques… Bonne journée beaucoup plus zen dans tous les cas! A demain!

PS: J’ai essayé de répondre aux commentaires dans ce post. Je les lis et ça me fait énormément plaisir en rentrant si tard. Go Go Go! Ca donne du courage pour continuer à poster sur le festival même si je devrais plutôt être au lit! Promis, demain, je vous en ponds un autre et tant pis si je m’endors sur mon clavier!

Short sum up J 1 Ardentes

Je viens de rentrer avec un mal de crâne qui ne me lâche pas depuis 2-3h. Une chose est certaine: ça faisait longtemps que je n’avais plus fait de vélo. Alors… En quelques mots… Drôle de temps tout moite, de violents orages la nuit, un rush pas possible aux entrées presse, un espace presse superbe (bien mieux que l’année passée! Les photos suivront), manger midi… à 15h30, le soir… à 22h30, de corvée « tu conduis la voiture du boss pour amener les artistes aux loges, vu… aucun concert!

Rhôôôô, mc gallo, je t’entends malgré l’état pitoyable de mon cerveau… Alors, j’ai embarqué: The Do (un peu bizarres ceux-là) et Brisa Roche (adorâââble, m’a complimentée sur ma seule paire de boucles d’oreilles Les Néreïdes que j’ai eu en soldes mais que je lui ai même pas dit parce qu’elle pourrait trop facilement s’acheter ce qu’elle voudrait en Néreïdes. Hé ho, je garde mes bons plans de fauchée pour les fauchés et pan!). A un moment donné, l’horaire des lifts aux loges changeant à peu près toutes les 10 sec et alors que j’étais initialement censée embarquer Tellier, je m’énerve légèrement sur mon gentil collègue (la porte de l’auto était ouverte, j’étais à l’extérieur): « hé quoi Tellier? C’est fini alors? N’a plus Tellier pour la voiture? N’y comprends plus rien moi! Ca change tout le temps! ». Sur ce, j’entends une voix provenant de la voiture: « je suis dans la voiture ». Moi: « Ooooops! Bon, bein… Bonjour hein Seb! On y va! » Faut garder la tête haute même si on est dans ses petits souliers! Et le Tellier, il est pas grand comme je me l’imaginais, il fait sans doute un petit mètre 80, il est bien sympa, pas stressé pour un sous et n’a pas quitté une seule fois ses lunettes de soleil (fallait le chercher le soleil aujourd’hui…).

Moi, je n’en peux plus… Il recommence à pleuvoir, demain je laisse le vélo et je prends la voiture, parce que le retour sous la pluie en vélo et complètement morte… C’est loin d’être drôle. A deux mains!

Ardentes jour 1

Yop! Voilàààà, je suis prête! J’ai tenté une robe mais avec un jeans en dessous quand même. C’est un festival, nous sommes en Belgique, la pluie pointe toujours le bout de son nez! J’enfourne mon vélo dans 15min et j’y vole! En espérant avoir le temps de voir aujourd’hui The Do et Camille. Sébastien Tellier sera là mais je raterai d’office le concert, je serai de corvée « entrée presse ». Je suis parée, mes 2 appareils photos, mon graaaaand sac (et un plus petit dedans hihihihi) et une veste fine avec capuchon (détail de grande importance en Friteland!) Hiiiii! C’est parti pour 4 jours d’enfer (dans tous les sens du terme!).

Les Ardentes J-1

Je ne crois pas vous avoir déjà dit que j’avais eu le bowww privilège de bosser comme étudiante pour la Soundstation (pour ceux qui ne le savent pas, la Soundstation est une salle de concerts de musique alternative à Liège). J’y avais la charge d’accueillir les ââââârtistes (hiiiiiiiii! Comme il est beau le châââânteur!!!). Depuis 3 ans, beaucoup de gens de la Soundstation font aussi partie de l’asbl qui organise le festival des Ardentes et donc, depuis 2 ans, je travaille dans l’espace presse. Au lieu de vous montrer l’horrible T-shirt du festival qui m’a généreusement été offert et qu’il est absolument hors de question que je porte en public (nan, même pas en photo ici nan nan nan!), je vous mets donc une photo de la salle de presse de l’année passée. De la belle décoration de fille, de la moumoute fuschia partout et de jolies lumières tamisées pour une ambiance cocoon lors des interviews. Après avoir vu de près Archive, Emmanuelle Seigner (qui chante comme une casserole), Calexico, Chris Dane, Olivier Ruiz, Joshua, Aaron et bien d’autres, on prend la même équipe et on recommence! Je ne sais pas encore comment je gérerai ces 4 jours sur le blog. Soit j’essaierai d’y faire un mini compte-rendu chaque jour, soit je ferai un article une fois le festival fini, soit les 2. Quoi qu’il en soit, je tenterai de laisser un feedback ici, promis, juré, craché! En attendant, ce soir: au dodo tôt!

Mon boooowwww vernis!

Le voilà mon zoli vernis de pu** que j’aime bien ( si vous n’êtes pas aveuglés par le flash, on peut vraiment le voir, j’vous jure!)! Un Mavala qui coûte moins de 4EUR et qui fait sourire même quand il fait tout gris dehors! Facile à mettre (et je peux vous dire qu’en ce qui concerne le coloriage, je n’ai JAMAIS su rester sage et ne pas déborder alors le vernis…), sèche rapidement, en moins d’une demi heure, les deux couches sont mises sans soucis. On se sent presque l’âme d’un artiste…

Radiohead écolos… oui, mais à quel prix?

Ceux qui m’ont toujours fait rire depuis qu’une espèce de vague écolo assez « fashion » déferle sur la Belgique, ce sont les « bobos » (Traduisez: les bourgeois, fils et filles de,…) et les pseudos artistes. Les bourgeois se revendiquent écolos parce que ça fait coooooool mais continuent d’acheter des bouteilles d’eau en plastique et ne regardent pas ce qu’ils mettent à la poubelle. Pour ce qui est des pseudo-artistes, il y a plusieurs exemples mais en voilà un concret vu pour de vrai de mes yeux vu: un couple de jeunes parents en vêtements tachés de peinture et sandales de Jésus (quelle horreur d’ailleurs, on peut être écolo et éviter le mauvais goût quand même!) portant leur moufetard enrubanné dans des bandes de tissus parce que « dans le maxi cosy, les poussettes etc. il y a du plastique, du caotchouc, blablabla… » (mon oeuil oui! C’est le look les tissus dans tous les sens c’est tout!). N’empêche que ce même couple, lors d’un festival dédié à l’environnement où vraiment tout est mis en place pour limiter les déchets ou avoir des poubelles de tri à portée de main, laissent autant leurs verres de bibines que leurs pots pour rififi en plan sur la table… Bref, tous des écolos… Laissez-moi rire…

J’en viens maintenant à Radiohead, vous allez vite comprendre. Il y a quelques temps, j’ai pu lire sur plusieurs webzines musicaux et autres que Radiohead faisait tout pour sensibiliser son public à la problématique de l’environnement. Thom Yorke et ses vieux potes incitent donc au covoiturage, essaient de faire transporter leur matos autrement qu’en avion et choisissent les festivals où ils feront leurs performances en fonction des engagements écologiques que les organisateurs sont prêts à prendre. C’est bien boooowwww tout ça! Oui… MAIS (sans MAIS n’a pas de post, il était évident depuis le début celui-là) à quel prix???

Ici en Belgique, ils viennent de passer au Rock Werchter festival. Ce festival est un des plus grands festivals rock de Belgique avec une affiche d’assez bonne qualité pour tout festivalier lambda. Cependant, il est aussi clairement financé par Live Nation, anciennement Clear Channel, une multinationale américaine (bein tiens donc, sont vraiment partout ceux là…). Je me demande même si le festival ne leur appartient pas… Bref, cette multinationale est présente partout dans notre quotidien (regardez bien les panneaux de publicité en rue… ) et j’admets qu’il est dur de l’éviter ou de la boycotter. Néanmoins, il est important de savoir que tous les bénéfices qu’elle perçoit sont souvent réinvestis, entre autres (faut que je fasse bref aussi, je ne fais pas une thèse ici) dans la fabrication d’armes de guerre. En gros, quand vous allez à Dour, Werchter ou à un concert de Police, vous financez indirectement une guerre dans le monde (et permettez à Bush de faire joujou avec des tanks quoi… Perso, je préfère quand il s’étouffe avec un bretzel).

Alors oui, ils sont gentils Radiohead, ils font ch*** beaucoup de gens pour l’écologie, mettent leur album en téléchargement à un prix dérisoire et blablabla… Mais est-ce que ça a vraiment du sens lorsqu’on fait sa tournée en partenariat avec une multinationale qui appuie sans aucune honte toutes sortes de guerres où beaucoup de pitis enfants se font massacrer? L’ironie de la situation est encore plus grande lorsqu’on sait que le clip d’All i Need prône le combat contre l’exploitation des enfants par… des multinationales… hé bein…

Franchement, avoir des idéaux c’est très joli… S’y tenir vraiment, ça, c’est honorable. Du coup, même si je reconnais que Thom Yorke et ses potes ont vraiment marqué la musique de manière plus que décisive, il n’empêche que je doute fortement de leur bonne foi. Donc, selon moi, de deux choses l’une: soit ils sont manipulés et ne se rendent pas compte du peu de logique qu’ils ont dans leurs actions… Soit, nous sommes pris pour de beaux idiots… Quoi qu’il en soit, moi je dis, ça sent la manipulation commerciale à plein nez tout ça! Radiohead ne serait pas très différent de ces bobos ou autres qui font croire qu’ils sont pour l’écologie histoire d’être dans le vent et ne font réellement rien de concret chez eux…

P.S.: Je ne me revendique pas écolo mais j’ai remarqué que je faisais plus d’efforts que certains « écolos » dans mes habitudes quotidiennes pour respecter mon environnement. Hum hum hum…

P.P.S.: De par les concerts et évènements musicaux auxquels je vais, je participe moi aussi à des évènements Live Nation car il est plus que difficile de les boycotter. Ce qui ne m’empêche pas d’être en connaissance de cause et de les dénoncer ici. De plus, je ne me fais pas le porte parole d’une cause. Si un jour ça m’arrivait, alors je ferais les choses entièrement et pas à moitié… T’as entendu Thom???

Moi, fille, j’aime la musique alternative! Pouet pouet!

Grrrrrr… Il est 3h30 et l’insomnie me guette… Malin, pour une fois que j’avais décidé de me faire un vendredi soir CHEZ MOI tranquille et nein dans l’antre à laquelle je me rends habituellement pour danser sur des rythmes endiablés jusqu’à l’aube… Bien ma veine ça! Alors j’en profite pour venir râler ici, comme une fille se doit de le faire sinon que c’est même pas une vraie fille si ça râle pas d’abord. Et je vais râler sur les mecs… Normal… Une fille ça râle sur sa mère et les mecs (ou y a vraiment que moi qui fait ça peut-être mmmmm…).

Je l’avais déjà dit avant: j’adore la musique. Mais attention, pas n’importe laquelle. J’aime la musique alternative (ou indépendante, ou indie, ou ce que vous voulez mais en tous cas, tout ce qui est rock ou folk mais pas pop, tout ce qui ne fait pas les tops 50 des ventes/ Z’avez compris quelque chose?). Dans la musique alternative, on trouve plein de genres très différents: du gros rock bien gras au folk gentil ou électro-rock et j’en passe (ouais, sinon je m’y perds!). Quand on commence à sérieusement s’intéresser à tout ça, la quantité de groupes est énorme et le milieu… très fermé. Haaaa! Mesdames, Messieurs, pour pouvoir entamer une conversation avec quelqu’un qui s’y connaît un minimum dans ce circuit fermé, faut avoir bossé son Rif Raf ou ses Inrockuptibles, avoir écouté presque tout le rayon « indie » de la médiathèque de la région, être allé voir quelques concerts et savoir aussi causer un peu technique (un mec: « ouaaaais, la ligne de basse dans cette chanson, elle tue trop tout, c’est vraiment elle qui guide tout le reste! » moi: »ha? j’avais pas vu ça sous cette angle * sur un ton de voix descendant*). Le summum: connaître tous les noms d’albums ET les titres des chansons de chaque artiste apprécié ou considéré comme faisant partie de la postérité. Rien que ça, pour un être humain fraîchement débarqué, c’est vraiment pas encourageant…

Enfin soit… Tout se corse doublement quand on a l’ambition d’y creuser son trou et… qu’on est une fiiiiiille. Déjà moi, retenir tous les noms qui fusaient dans les conversations, c’était aussi facile que de retenir le nom de chaque os de notre anatomie. Faut surtout pas leurs demander gentiment de répéter hein. Ha oui parce que sinon: « toi t’es une fille, ça t’intéresse pas! hohohoho! ». Ouais crétin… ça rigole comme si ça faisait une blague sauf que ça n’en est pas une et que ça me répète pas le nom… Et pis t’es qui toi pour décider de ce qui m’intéresse ou pas? Va te gratter les coucougnettes ailleurs non mais!

Les petits mecs, ils sont tout de même toujours très galants, faut pas croire! Ils offrent des verres, nous font passer en premières devant eux, nous disent qu’aujourd’hui on est bien jolies, s’offusquent quand il y a un viol de plus dans les faits divers, vont même prendre la défense de la femme dans grand nombre de situations. Ce sont des ptits gars très bien! MAIS LA MUSIQUE ON TOUCHE PAS! C’EST A EUX! C’est leur joujou, leur ballon de foot, leur voiture ou leur maquette d’avion. Et d’abord, je les emmarde! Mes oreilles, si elles ont décidé d’aimer, c’est pas la faute à mes nénés!

Enfin bref, leurs demander de graver un CD de tel ou tel nouveau groupe, ça ne coûte rien de tenter mais je suis souvent tombée sur des orgueilleux âmes généreuses qui avaient la fâcheuse manie d’ « oublier » de le faire…. Alors je persiste, parce que moi, je suis têtue quand j’aime bien, j’ouvre grand mes oreilles, j’essaie de retenir un ou 2 noms, les autres on verra plus tard… Et j’y suis arrivée tout doucement! Bien moins rapidement que si j’avais été un homme aussi.

En tant que fille dans ce milieu, il existe néanmoins un raccourci (oui oui! nous, les filles, on aime les raccourcis) qui consiste à sortir avec un ptit mec rock n’ roll. La fille apprentie aura alors accès à une multitude d’informations et de CD en échange d’un joli sourire de pétasse. La copine rock n’ roll s’habillera rock n’ roll, connaîtra déjà pas mal de noms et saura commencer à manipuler un langage aussi technique que son mâle. Moi je dis: tricheuuuuuuseeeeeee! Enfin, non, chacun fait ce qu’il veut mais moi, je ne suis finalement pas du tout mécontente d’avoir fait ma place sans ça. Moi j’ai fait ça toute seule comme une grande! Et pan!

Bien que j’ai dû faire la triste constatation que le monde de la musique était un monde extrêmement machiste, je dois bien avouer que j’ai aussi rencontré un nombre restreint de spécimens dit « normaux ». Des ptits mecs (un ou deux… Pas plus) qui, quand ils aiment quelque chose, ne friment pas en étalant leurs connaissances musicales mais me poussent presque pour les partager. Enfin, surtout un en particulier (pourquoi les gens bien sont toujours plus rares que les blaireaux?). Un petit ange tombé du ciel qui m’a fait reprendre espoir en la valeur future du mâââââle rock n’ roll. Il me file une flopée d’albums en plus de ceux que j’ai déjà. A chaque fois, je suis surprise… Mais ça devrait être normal et ne pas me surprendre d’abord non? Et celui-là (c’est même pô mon copain, je vous vois venir hein!), c’est un ptit mec en or, que je suis fière de connaître.

Maintenant, je connais beaucoup mais jamais assez. Je vais voir des concerts que je décide de choisir parce que j’ai découvert les groupes sans autant d’efforts qu’avant, mon oreille s’est aiguisée toute seule et sait faire une sélection dont je suis fière (bein oui, quand on voit comment ça a démarré, c’était pas gagné d’avance!). Je peux même parler un peu « technique »… Mais je trouve ça vraiment trop frimeur, en général, j’évite. Et je mets TOUJOURS un point d’honneur à faire partager ce que je connais. Tralalèèèèreeee!