Que prendre pour partir 3 semaines au Vietnam?

Il est temps, entre les nombreux vlogs des visites, de vous parler un peu plus de ce que j’ai pris avec moi pour voyager 3 semaines au Vietnam. Je n’avais jamais voyagé aussi longtemps (hors catégorie: Erasmus et bourse Leonardo of course mais ça n’est pas la même chose ni les mêmes valises) ni aussi loin de toute ma vie. Pour tout vous dire, je n’étais même jamais sortie d’Europe. Alors quand on me parle de climat tropical ET de montagnes, vous pouvez me croire quand je vous dis que ça a été un vrai casse-tête. Autant du côté des fringues, des shoes que des cosmétiques, je ne savais vraiment pas comment faire des choix.

Découverte: Ciel Mon Bijou! (Concours)

C’est fou comme la météo s’amuse à jouer avec nos nerfs depuis que le printemps (je parle de la date donc, pas du temps qu’il fait) est enfin là. Alors qu’on espèrait pouvoir se débarrasser de nos écharpes, il y a à peine deux semaines, on se demandait aussi s’il n’allait pas se remettre à neiger! S’en suivent 2 jours chauds dont un frôlant les 30°c et puis zou! On perd 10°c en quelques heures! Alors on essaie d’amener le soleil dans nos vies comme on peut mais il faut l’admettre, ça relève des fois d’actes désespérés… Sauf… Sauf lorsqu’on crée…

Ciel Mon Bijou/ Pic by Elodie Thimermans.
Ciel Mon Bijou/ Pic by Elodie Thimermans.

La Nouvelle Liégeoise par Hoctavius.

Vous l’avez sans doute vu passer sur les réseaux sociaux mais vendredi passé, Hoctavius organisait un très bel afterwork à l’Office Café à Liège. Sans trop y réfléchir, j’ai pris ma caméra et j’ai filmé quelques plans sans savoir si ça donnerait quelque chose de bien… Bein finalement, c’est fort sympa! Comme la soirée!

Hoctavius x Julia / Pic by 1FDLE.

Delphine Quirin au printemps!

Coucou! Ca fait 3000 ans n’est-ce pas? Je vous avoue, j’ai cru que j’allais avoir le temps d’écrire plein d’articles pendant les vacances de Pâques et j’ai visiblement été ma propre victime: arroseur arrosé. J’ai réglé plusieurs choses pénibles les premiers jours puis j’ai fait une escapade d’un jour à Londres où j’ai compris une fois de plus ce que c’était de ne plus avoir 20 ans. Pendant 2-3 jours, je l’ai compris et senti dans tout mon corps! Ensuite j’ai enchaîné avec un autre saut de plusieurs jours à Madrid où j’étais supposée me reposer… Mais j’ai finalement sans doute passé un des séjours les plus prolifiques là-bas avec Tolède au milieu et mes pieds déjà en compote de Londres. Bref, je n’ose même pas imaginer le temps qu’il me faudra pour me remettre de ma prochaine gueule de bois… 3 mois?

Du coup, les choses se sont (et le font encore…) accumulées pour le blog et je ne sais pas pourquoi mais après le succès du concours du Ramen Bar (j’ai vraiment des lecteurs tout aussi gourmands que moi!), les opportunités me sont tombées du ciel afin de vous faire plaisir. Ici, j’avais envie de dévier un peu du « traditionnel », de montrer que les mailles, ça n’est pas uniquement pour quand les flocons tombent du ciel et, par la même occasion, vous prouver à quel point certains créateurs savent se « plier » aux saisons et sortir de leur créneau.

Delphine Quirin headband/ Pic by 1FDLE.

Marbaise Verviers: sélection et découvertes.

Un peu avant les fêtes, j’ai eu l’immense chance d’être conviée par Marbaise Verviers à venir découvrir leur espace. Je connaissais Marbaise de réputation et la mozer m’a sans doute déjà emmenée dans un des magasins puisqu’ils sont présents depuis plus d’un siècle maintenant à Liège. L’occasion tombait aussi juste bien pour un peu me changer les idées.

Marbaise Verviers/ Pic by 1FDLE.
Marbaise Verviers/ Pic by 1FDLE.

Thomas Sabo: un peu de lumière en automne-hiver.

Ca y est, on est bien dedans là non? Vous avez déjà rallumé votre chauffage? Parce que moi, j’ai « aller chercher des pellets » sur ma To-Do List. En gros, TRES GROS. Les jours commencent doucement à se raccourcir, la lumière devient une source de réconfort et on hésite de plus en plus à troquer sa veste de mi-saison pour le bon gros manteau douillet d’hiver.

Pour ceux qui ne le savent pas, je suis une femme oignon. C’est-à-dire que je fonctionne par couches de vêtements. Le changement dans ma garde-robe s’opère surtout sur l’ajout de gilets ou de pulls qui avaient déserté en été, un échange espadrilles contre bottines et un ou deux manteaux. Je suis très basique sinon et n’ai qu’une ou deux fringues sortant de l’ordinaire. Pas que j’aie envie d’être ennuyeuse mais que j’aime plutôt prôner le changement par les détails et les accessoires. Les écharpes, les bonnets, les sacs… Et puis les bijoux! J’avais arrêté pour je ne sais quelle étrange raison d’en porter. Ca ne fait que quelques années (3 ans?) que je reprends plaisir à en avoir. Ils égaient mes basiques et leur donnent du style en un tour de main, tiennent bien plus longtemps qu’une fringue mal faite (ou que son régime?) et sont faciles à inter-changer.

Thomas Sabo Sterling Silver Collection.
Thomas Sabo Sterling Silver Collection.

L’entraide, c’est aussi de la beauté…

Ceci est un article qui n’était en fait pas du tout prévu. Lors de mon dernier rendez-vous chez « Ceci N’est Pas Un Salon « , Benoît m’avait parlé d’un projet qui était en cours avec David Jeanmotte. Celui d’aider à relooker des demandeurs d’emploi. Très naturellement, il m’avait proposé de passer pour que je fasse la connaissance del Señor Jeanmotte, notre Cristina Córdula national(e), sans aucune attente d’article en retour (il ne m’en a jamais demandé de toutes façons), juste pour venir passer un bon moment, boire un petit verre et repartir le coeur léger.

J’avoue, j’avoue, la curiosité m’a poussée à y aller. Au-delà du fait de rencontrer David Jeanmotte, je voulais savoir comment tout ça se mettait en place, comment les liens se faisaient et quelles personnes y accédaient (au-delà du simple fait qu’ils cherchaient un emploi). Juste parce que j’ai des amis qui sont aussi au chômage, qui se décarcassent pour trouver un emploi, des élèves aussi, qui seront très vite à leur tour sur le féroce marché de l’emploi et que je ne sais pas… Ca m’avait intriguée.

J’avoue, j’avoue aussi… Que franchement, j’étais mi-figue, mi-raisin à l’idée de rencontrer David Jeanmotte. D’un côté, et notamment par le blog, je suis quelqu’un qui a été très déçue par beaucoup de professionnels dans le milieu de la beauté et du bien-être. Je savais que ça pouvait grouiller de gamines aux dents acérées mais je ne me suis jamais sentie faire partie de ce monde… Apparemment, certains m’ont prise pour de la concurrence (celles qui ne savent pas lire ou entendre que je ne me suis jamais revendiquée pro en quoi que ce soit de ce côté, je partage juste mon expérience personnelle… C’est l’intérêt principal d’un blog…) et j’ai eu droit à certains comportements puérils, menaçants, insultants et j’en passe. Oui, j’arrive avec 7 ans de bouteille, 7 ans d’expérience en tous genres, 7 ans de découvertes et 7 ans de passion où j’ai passé mon temps à farfouiller, apprendre, tester, reproduire. Il est clair que c’est aussi un boulot à considérer et quand je vois des professionnels manquer de professionnalisme alors que des amateurs font des pieds et des mains pour en avoir, ça me sort de par tous les trous. Je trouve que c’est un gros manque de respect à leur profession ET à leur clientèle et si l’occasion se présente, je ne manque pas de le signaler, surtout si ça m’atteint (et je le rappelle: en tant que cliente). Mais jamais je n’ai pris mon blog ou mon expérience pour acquis, jamais je n’ai comparé ça à une expérience professionnelle et jamais je n’ai mesuré mon travail ici à quoi que ce soit de professionnel. Je suis finalement juste une cliente à la seule différence que j’exprime mon avis ici. Apparemment, ça attise tout de même certaines jalousies… Chat échaudé craint l’eau froide…

Pic by 1FDLE
Pic by 1FDLE