Blog Moments #1

Ca fait un moment que ça me trotte en tête. Les articles d’humeur me manquent mais j’ai déjà fait le tour de ce qui m’inspirait et désormais, contrairement à il y a 7 ans, le blog est connu de mon entourage. Ayant déjà eu droit à des réactions de gens se sentant visés par mon côté satyrique (j’ai envie de dire qu’alors… Il y a un problème réel chez eux… Soit…), c’est donc beaucoup plus délicat. D’autant plus que Liège est petit alors les nombrilistes et internet… Ca va vite. Liège, je t’aime, mais des fois, tu me gaves…

De même, ça fait un bon moment que je commence un peu à me lasser de certaines choses. J’ai envie de quelque chose de nouveau. Au début, il n’y avait presque pas de blogs. Toutes les idées, tous les articles de chacun étaient des choses neuves. On écrivait sur une page… Un livre blanc, assoiffé de mots, d’idées. C’était une vaste boîte accueillante, chaleureuse, vide mais un vide agréable. Un peu comme un nouveau chez-soi qui n’attend que d’être décoré. Aujourd’hui, comme je l’ai réalisé en l’écrivant à une amie, j’ai l’impression qu’on est venu gribouiller dedans en mon absence.

Pic by 1FDLE.
Pic by 1FDLE.

La blogosphère – étrange ce mot, il n’existait même pas du temps de mes débuts, est devenue vaste. On y trouve tout et n’importe quoi. Avant ça, on devait rivaliser avec les blogs ou sites web de critiques culturelles par exemple. Le niveau, tant du fond ou de la forme, était haut. Maintenant on y trouve des filles qui sont devenues des pros de la photo et du texte comme des cruches finies qui ont du succès en faisant 3 photos pourries avec leur appareil photo de vacances et 5 lignes de texte bourrées de fautes. Quoi qu’il en soit, c’est un peu le marché du dimanche en plein milieu d’un Liberty ou d’un Selfridges.

La fille qui minaude… alias Karen dans Californication.

Je ne sais pas vous mais moi, les filles qui minaudent… Elles me sortent littéralement de par tous les trous. Si je m’insurge maintenant, c’est parce que j’ai récemment découvert Californication. Si tu ne connais pas (d’abord, va voir, cette série est vraiment bien foutue), sache qu’en gros, c’est l’histoire des déboires d’un écrivain talentueux mais qu’il ne faut pas trop brusquer… Dans le sens où bon, ce mec, récemment débarqué de la grosse pomme à Los Angeles, voit sa vie partir en fumée. Sa compagne dont il est toujours amoureux le quitte pour un autre et s’en va avec sa fille qu’il adore aussi. Suite à ça, le Hank qui était bien sous tout rapport hormis le fait qu’il ne sait pas cacher ce qu’il pense, se vautre dans l’alcool, les drogues et le sexe tout en tentant désespérément de récupérer sa dulcinée: Karen.

Source: www.fanpop.com
Source: http://www.fanpop.com

 

Et c’est sur Karen que je vais m’attarder donc, en faisant un parrallélisme avec toutes ces filles qui battent des cils pour obtenir ce qu’elles veulent (demander, ça, elles ne connaissent pas non).

Donc Karen est à première vue une fille bien sous tout rapport. Architecte sensible à la cause écolo, c’est finalement elle qui trouve plus d’avantages à la cité des Anges que Hank. Elle est belle, propre sur elle, bourrée de bons principes et il est vrai qu’au début, elle contraste énormément avec le personnage de Hank Moody qui « pue le sexe et la drogue ». On se demande d’ailleurs comment ces deux-là ont bien pu se mettre en couple. C’est au fur et à mesure de la série que l’on comprend mieux que le contraste qu’amène Hank sur Karen est en fait présent uniquement depuis leur déménagement à Los Angeles. Oui, car avant que Karen ne se barre, le beau Hank a en effet eu plusieurs opportunités d’aller voir ailleurs mais n’y a jamais cédé et tout ça, parce que ce mec est bleu de sa bonne femme. NAN MAIS VOUS EN CONNAISSEZ BEAUCOUP VOUS DES MECS QUI DISENT MERDE A UNE PAIRE DE SEINS SPLENDIDE ET UN CUL BIEN FERME?? Parce que plus les années passent, plus je vois que l’Homme reste rarement fidèle aussi longtemps qu’un Hank à sa Karen.

Soit, passons… Karen donc! Karen se barre et au fil des saisons, s’amuse à remballer le pauvre Hank qui accumule les défauts et les couacs de timing. Sauf que Madame est un peu exigeante… Elle se barre, se joue de lui, bat des cils quand Hank lui fait du rentre-dedans et ne sait jamais réellement dire non dès le début. Cette femme aime être séduite et tant pis si ça fait mal, tant pis si un homme se détruit pour elle car elle laisse toujours une petite porte ouverte. Bah, il est tellement con qu’on arrivera même à lui faire des reproches: ça marchera.

Bref, pour moi, ce genre de bonnes femmes représente très clairement ce que l’on pourrait qualifier de castratrice passive (aka la Minaudeuse). Et franchement, à côté d’une autre plus franche mais qui ne fera tourner personne en bourrique, ce phénomène fait beaucoup plus de dégâts sur le long terme…

Source: Pinterest.
Source: Pinterest.

Tout d’abord, la Minaudeuse a tout ce qu’elle veut. Comment? Bah, elle sait qu’elle est belle (ou elle y croit très fort et ça mes enfants, je vous assure que ça joue beaucoup), elle joue de ses charmes à outrance et bon, vous savez… Hormis certains spécimens, la chair est faible, surtout celle avec une Zwan et deux tomates cerises à l’entre-jambes… Zwan qui se met automatiquement au garde à vous lorsque la Minaudeuse ne remarque pas (ahem) qu’elle se penche et que son décolleté est en train de doucement mais sûrement se répandre sur la table… Suivi d’un « oooops » innocent répété maintes et maintes fois en se diffusant des gifs de Marylin Monroe (connasse intemporelle celle-là quand même…) et qui fait toujours son effet persuasif . Vous aurez beau dire à Monsieur qu’elle l’a fait exprès, le « ooops » l’aura convaincu qu’elle est un ange descendu du ciel. Non, même pas Eve la tentatrice… Un ange, avec des seins, un cul et… Nous n’irons pas jusque là ici.

La Minaudeuse rit à gorge déployée ou alors, prend l’extrême inverse: fait un petit sourire timide et discrètement, lance un regard qui veut tout dire pour l’Homme (je suis timide, viens m’aborder… Ho non, j’ai peur, ne viens pas… Mais si, viens mais j’aurai peur et alors je vais pointer des seins et ho… tuuuuut!). Pour ce qui est de la Femme, si elle n’est pas assez attentive, elle ne verra rien (idiote).

La Minaudeuse ne sait pas dire non. Elle est trop polie pour ça. Elle invite d’abord l’Homme à sa porte à rentrer chez elle, lui sert un verre, est totalement consciente que ça n’ira pas plus loin mais lui propose quand même un 2ème verre. On ne peut rien lui reprocher, c’est une fille polie, elle sait recevoir. Et lorsque sur l’Homme -complètement monté à bloc avec ses deux doses de Whisky 20 ans d’âge- commence à se dessiner un sourire vainqueur, la Minaudeuse le fout à la porte. Non sans avoir accepté un baiser passionné (parce que la Minaudeuse ne fait pas les choses à moitié lorsqu’il s’agit de montrer ses habilités linguistiques)! Mais qu’elle repoussera ensuite avec un sourire de femme flattée mais non merci Monsieur-Au-Revoir-à-Très-Bientôt-j’espère-quand-même.

La Minaudeuse prend l’Homme, lui impose des conditions dignes d’une dictature où la compréhension de l’autre n’a pas lieu d’être. Non, le centre du monde, de l’univers, c’est elle. Elle lui fait vivre un rêve -tout est relatif, l’Homme étant littéralement aux pieds de la Minaudeuse, il ne se rend pas compte qu’aller faire les boutiques un samedi après-midi n’a rien d’un rêve pour aucun être sur terre- et lorsque Monsieur a le malheur de boire un verre de trop, de placer un mot de travers, lui fait vivre un enfer. Il est vrai que quand la Minaudeuse est saoule, c’est mignon… On ne lui reprochera rien. Et puis elle a sa botte secrète: son foutu « oooops ».

Plus les années passent et moins j’admire ce comportement. Oui, au début, je trouvais ça drôle à voir en action, une fille qui minaude. C’est quand même fameusement manipulateur et culotté de prendre les gens pour de la merde à ce point… Mais maintenant, rien qu’un battement de cils empli de fausseté me donne la nausée. Surtout en 2014. Comment une femme peut-elle se rabaisser à ce point? Je sais que la Nature prime souvent sur les évolutions intellectuelles et qu’il faut du temps mais bon là, c’est quand même se rabaisser dans l’égalité des sexes pour obtenir quelque chose. Des fois, c’est même trois fois rien! Juste sentir que l’on peut être séduisante, c’est souvent tout ce qu’elle demande. Mais est-il encore réellement nécessaire de jouer ainsi de ses charmes et de rentrer dans une dynamique où les autres n’ont plus lieu d’être? Dandiner, glousser, faire semblant d’avoir mal au petit doigt, pour finalement remettre tous les maux de la terre enfin, surtout ceux dont tu es responsable parce que t’as un pois chiche en guise de cerveau pour ce qui est d’assumer quoi que ce soit sur la gueule de quelqu’un d’autre…

Quoi qu’il en soit, il semblerait que la Minaudeuse aura toujours son succès…. Les gens préférant sans doute mettre leur cerveau en mode OFF lorsqu’ils ne sont pas obligés de lire le journal ou de pseudo-débatter le dimanche en terrasse (et encore…). C’est plus fort que moi mais je sais que jamais je ne rentrerai dans cette catégorie. Jouer avec les espoirs des gens ainsi, même si ça n’est « qu’un jeu », je trouve ça malsain, irrespectueux et terriblement cruel. Et pourtant, j’ai un blog où le soin de soi est primordial vous allez me dire. Jamais au détriment d’autrui… C’est ce que je vous répondrai.

J’ai testé: j’ai 30 ans et je sors.

Pic by G. Derkenne si je ne me trompe pas.
Pic by G. Derkenne si je ne me trompe pas.

 

Sans doute parce que les lieux où j’aimais sortir jadis ont changé et sans doute parce que je vieillis grandis (et sans doute parce que j’ai la tronche dans les travaux aussi), je sors moins. En tous cas plus comme avant. J’aime mieux les verres en petit comité en fait. Avant je sortais pour danser, je dansais tout le temps! Sans m’en rendre compte, je faisais au moins 4h de sport intensif tous les vendredis à revenir suante comme un petit goret planté sur sa broche et ce, même en hiver. Finalement, je ne faisais pas beaucoup de nouvelles connaissances, trop occupée que j’étais à me dandiner, mais je rentrais à chaque fois heureuse comme pas deux. Les soirées où la musique me plaît (condition inébranlable pour que je danse, si c’est de la daube, je gigote poliment…) se sont faites de plus en plus rares ou dans des lieux bondés de monde où danser devenait impossible et la papote quand il faut crier, non merci. J’ai eu droit à une magnifique exception lors de l’after du Micro-Festival où il faisait bien 30°c à minuit et où j’ai dansé malgré la chaleur. On peut dire que je suis rentrée chez moi presque en nageant sur ce coup mais je m’en foutais… Qu’est-ce que je m’étais bien amusée!

Il se trouve qu’hier, des amis m’ont proposé de les rejoindre dans un nouveau lieu « branché » de Liège où était organisé un « jeudredi » (on fête déjà le vendredi donc…). Le concept principal du jeudredi c’est que c’est un after-work. Je m’attends donc à y voir des gens dans la trentaine et plus qui viennent décompresser de la semaine de boulot. La Curtius est à 1EUR jusque 21h et les gens qui mettent la musique sont de ma génération. Ca devrait être cool. Bein oui… Encore heureux que les potes étaient là parce que ça ne l’était pas.

Je suis accueillie au lieu-dit par un sorteur qui m’ouvre la porte. Un sorteur… Il est 18h… Un sorteur… Bon… Ca fait classe mais on n’est ni à Bruxelles, ni à New-York, ni à Paris… Il se trouve que plus je descends les marches, moins j’ai de réseaux… ARF!!!! NAN!!! Je n’ai plus de réseau du tout!!! Je me dis que ça n’est pas possible, qu’il doit y avoir du Wi-Fi disponible dans ce sous-sol… Ha bein non, rien.

Donc je suis sous-terre ET je n’ai ni réseau, ni net. JE SUIS PRISE AU PIEGE!!! Bon, je me dis que des fois, c’est pas plus mal mais qu’ils auraient pu, pour un endroit qui se veut être branché, proposer au moins le Wi-Fi… Le début de soirée se passe bien. Du monde mais pas de trop, des gens d’un peu tous les âges… On s’entend parler, etc. Juste un peu frustrée d’être dans un lieu si noir alors qu’on pourrait encore profiter du peu de bon temps qu’il nous reste.

Les heures passant, de plus en plus de gens arrivent… Des gens… Plutôt du post-pubère universitaire. Bon, alors ils ont droit de venir où ils veulent mais ce qui me choque, c’est que ce qui déboule, c’est une succession de jeunes m’as-tu-vu habillés « à la mode ». Moi qui, à cette époque de ma vie, mettait ce qui allait être le plus pratique pour danser, je vois des filles en robes ras la touffe, super moulantes, le petit sac imitation Chanel… Elles sont toutes apprêtées comme pour un nouvel an… Enfin, je n’ose même pas imaginer le nouvel an dans leur penderie…

Cela dit, la musique est géniale. Juste que le 3/4 des boutonneux ici ne doivent pas connaître le 3/4 des artistes qui passent et ça me fait sourire. Mais au fait, la musique est géniale oui… Et personne ne danse. Personne. Ce n’est pas la première fois que je constate ça mais aujourd’hui, les jeunes, ça ne danse plus. Ca semble avoir des choses plus importantes à faire. C’est triste, me dis-je…

Plus les gens arrivent, plus j’ai envie d’aller m’aérer un coup, vérifier mon gsm et fumer une clope… Je prends mes affaires et décide de remonter vers l’entrée. Là, j’ai le charmant sorteur qui me dit qu’il est hors de question que je sorte par l’entrée… Je cite: « Non, la sortie c’est par l’autre côté et toute sortie est définitive! ». Et si on veut fumer un coup? « Alors vous ne fumez pas ou vous allez dans le fumoir! ». 1) Il a le mérite d’avoir l’humeur d’un sorteur: celle d’une porte de prison. 2) WTF??? C’est quoi ce système d’écolage là??? Toute sortie est définitive??? J’ai pas payé d’entrée à ce que je sache??? Ne vous inquiétez pas, un autre sorteur est aussi posté à la sortie histoire d’être sûr que vous ne rentrez pas à nouveau. Même des écoles sont moins équipées que ça!

Irritée, je me dirige vers le fameux fumoir… Cet aquarium… Je déteste les fumoirs. Autant je suis d’accord qu’il ne faut pas gêner les autres mais aller dans un aquarium, ça me lourde. Je rentre dans cet horreur… ET MALHEUR! Le fumoir n’est pas aéré pour un balle! Ce n’est pas bien de fumer, j’en suis consciente, mais ça, ça n’est pas bien non plus. Je peste de plus en plus.

Arrive le moment d’explorer les toilettes, propres, ça fait du bien. Je sors pour me laver les mains et vois deux filles qui cherchent une pièce de 20cents pour tenter de libérer une pauvre fille enfermée dans les toilettes. Le verrou est bloqué de l’intérieur et dixit la fille « je n’avais pas de réseau, impossible de prévenir qui que ce soit! ». Ha bein oui… Dans les soirées plus tardives où tu te sentiras trop mal aux toilettes, tu ne pourras pas non plus prévenir tes potes de venir t’aider en fait: t’as pas de réseau.

 

Je reviens et décide d’aller au bar commander de la Curtius. C’est blindé massacre… Au bar où je suis: plus de Curtius… Il est 20h… Je me dirige vers l’autre bar… Plus de Curtius non plus et il y a un groupe de 4 acnéiques qui décident de faire les piliers de bar et de rester discuter devant sans rien commander alors que ça se bouscule… Bande de crétins… J’ai pourtant essayé de tout faire pour avancer grâce à ma cellulite de trentenaire mais je suis découragée… Puis il n’y a plus de Curtius… C’est lamentable. Apparemment, une amie a réussi à en avoir mais elle est petite, elle a dû faire illusion sur son âge (je blague hein).

Je reviens m’assoir et aperçois un photographe. Un photographe attitré du lieu. UN PHOTOGRAPHE!!! Nan mais on est dans quel monde??? Je comprends mieux les filles over-prepped (dont certaines avec des défauts de goûts bien plus touchantes que les connasses qui se pavanent sans savoir assumer le string qui les gêne à l’entre-fesses). C’est quoi cette idée de photographe? C’est systématique? Il est où le temps où tu t’en foutais de la gueule que tu faisais pourvu que tu passes une bonne soirée?

Bon, c’est la dernière, après ça je file, j’en ai marre… Machin habite pas loin, il est encore tôt, ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu et je pourrais lui proposer un verre (AILLEURS)! Je lui envoie un sms et j’attends sa réponse pour savoir si je rentre directement ou si je vais ailleurs, bon plan ça. Ha non! Je ne peux pas! J’ai pas de réseau! Et toute sortie est définitive! Je suis en prison, au secours… JE ME BARRE!

Alors je ne sais pas si c’est le lieu ou la tranche d’âge mais j’ai détesté le contexte et encore heureux que j’y revoyais des amis parce que sans ça, je me serais barrée bien plus tôt. Enfin, après qu’ils aient augmenté la musique – je n’en vois pas la raison puisque LES JEUNES CA DANSE PAS!-, mes potes n’étaient plus que des êtres physiques dont j’entendais à peine les paroles.

Donc je suis obligée de vous sortir la phrase typique de la vieille irritée et blasée: « C’était bien mieux avant! ». Autant cette jeunesse m’a énervée, autant je les plains. Ils n’ont pas connu le temps où l’on pouvait sortir et rentrer quand on voulait et ne semblent pas être ennuyés par le fait d’être littéralement enfermés dans un lieu. On s’en fout, c’est THE place to be alors on accepte tout. Ils n’ont pas connu non plus les cafés enfumés où l’on dansait jusqu’à pas d’heure. Maintenant c’est chacun dans son coin et on prend la pose avec ses amis bien habillés (sinon dégage). D’accord, je le répète, fumer c’est pas bien! Mais au moins pouvoir sortir voir un peu DEHORS, pouvoir s’en fumer une en papotant plus au calme et revenir, c’est quand même plus cool et humain. Et on enlèverait même le facteur « clope », quand je suis dans une soirée dans un endroit où il peut faire bien chaud avec un air lourd, j’aime toujours avoir la possibilité de sortir prendre un peu l’air. Ici: crève!

C’est plus rock n’ roll un dimanche après-midi en terrasse chauffée avec un bouteille de vin blanc!

Trop de jugement tue le jugement.

Source: Tumblr

*Un mannequin, c’est payé pour avoir un air d’être au-dessus de tout, de circonstances donc.*

Ca faisait un petit temps que cet article me titillait et voilà que je me mets à le pondre, mal assise et rouillée des articles dits d’humeur. Sans doute parce que je prends la vie différemment sans trop m’en rendre compte maintenant.

J’ai longtemps et souvent râlé ici sur différents stéréotypes. Je m’en suis moquée gentiment ou plus violemment mais jamais sans une touche d’humour. Cette fois-ci, j’ai envie de mieux regarder ceux qui, justement, jugent. Non pas ta meilleure pote qui est là pour ça (et pour boire des verres, ne pas oublier la gnôle!) ni le genre d’idiots comme moi qui passent des fois leurs temps à tourner ça en quelque chose de drôle et en matière à se marrer en écrivant des conneries de mauvaise foi, mais plutôt ceux qui vont vite sans vraiment connaître les jugés.

Ce regard posé sur soi qui en dit long et dont on ne reçoit aucune invitation pour se justifier… Et quand bien même… Se justifier de quoi et pour quoi? Cela dit, ce foutu regard reste, pesant et presque intemporel. De nos jours, les gens sont de plus en plus « catégorisables », certains aiment d’ailleurs se ranger dans une catégorie précise (bonjour les hipsters!). Les tendances vont et viennent et sont fortes. Et oui, il y a souvent matière à se moquer de certains extrémismes (bonjour les fans de mangas!). Internet est sans aucun doute une aide précieuse à ces mouvements.

Et je divague peut-être, mais j’ai la sensation que tout ça fait naître un mouvement invisible jusqu’alors mais qui tend à se manifester de plus en plus: les jugeurs. Ou je suis peut-être une grosse niaise qui ouvre les yeux sur une catégorie de personnes que je ne voyais pas encore mais j’ai vraiment l’impression que c’est de plus en plus virulent. Les jugeurs, ce n’est pas vous et moi qui regardons le mec avec 50kg à perdre qui persiste à s’habiller avec un jogging et un marcel blanc Adidas (bon, ok, celui-là, ça fait 2 fois que je le croise dans mon quartier et il me brûle littéralement les yeux) en se disant que « Arf, mais j’ose même pas imaginer la déco chez lui! ». Les jugeurs sont ceux qui se croient au-dessus de tout le monde. Ceux qui se permettent de juger tout et tout le monde sans prendre la peine de mieux explorer des choix qui peuvent paraître anodins à leurs yeux, mais plein de sens à d’autres.

Ce sont ceux aussi qui vont aux conclusions rapides… Parce que bon, perso, le mec en blanc dont la transparence laissait deviner une pilosité corporelle plus qu’abondante, je n’aime peut-être pas ses goûts, mais rien ne m’empêchera de me retrouver à boire une barquette de pékèts en plaisantant avec lui pendant les festivités du 15 août. Et s’il ne commence pas à me draguer avec des vannes débiles, je serai peut-être même touchée par un humour ou une ouverture d’esprit. Bref, je ne m’arrêterai pas à ça. Comme certains hipsters dont la dévotion à cette tendance peut quelques fois taper sur les nerfs. Ce n’est pas pour autant que je n’aurai pas envie de plaisanter avec l’un deux (rencontré près d’un bar qui demandait à ce que l’on roule une pelle à son pote pour un pari… Mmmmm, peut-être pas totalement hipster lalalaaaa).

Les gens n’ont pas que quelques facettes, ils en ont une foultitude. Et c’est ce qui fait que le monde est intéressant à observer, c’est ce qui fait qu’il vaille la peine que l’on prenne son temps pour l’Humain avant tout.

Les jugeurs sont ceux qui, suite à peut-être un détail ou un enchaînement de détails anodins, vont se faire une opinion arrêtée et ne même pas s’ouvrir à d’autres vues. Car ces autres vues… Seront elles aussi jugées, si ce n’est déjà fait. Ce sont ceux qui seront blasés de n’importe quelle opportunité parce qu’elle est soit disant estampillée « barakis » ou « bobos ». Ce sont ceux qui – parce qu’on peut faire court – ne veulent se ranger dans aucune catégorie.

Dans aucune catégorie? Je ris jaune… Parce qu’il me semble qu’à ce jeux-là, ils deviennent justement des champions toutes catégories (mouhahahaha! Mais que cette phrase est lourde^^). Alors que, même s’il y a des exceptions dans tout, les hipsters, fans de mangas et bien d’autres, bien que rangés dans leur « catégorie », ne se ferment jamais totalement au reste du monde, les jugeurs, eux, revendiquent leur particularité par le fait de n’appartenir à rien et d’être au-dessus de tout.

De un, il me semble que c’est une manière de se rentrer soi-même dans un moule « je ne suis pas comme les autres, je suis au-dessus de ça ». De deux, ne serait-ce justement pas devenir ce que l’on exècre? Des gens qui se mettent dans une catégorie?

Alors bon, je n’ai pas envie d’aller plus avant que la description – sans doute encore exagérée, je ne fais que ça. On pourrait encore se questionner sur le pourquoi du comment de la réaction de ces gens, émettre des hypothèses, LES JUGER aussi! Gnark gnark gnark! Commencer à décortiquer un contexte social ou émotionnel particulier et redondant, blablabla…

Tout ce que j’en retiens c’est qu’au final, je suis heureuse de n’être dans aucune catégorie et de tout de même les tolérer toutes. C’est peut-être mon côté bisounours mais je veux rester persuadée que l’Humain, quel qu’il soit, aura toujours quelque chose de sympathique à offrir – hormis les Connards, les vieux de la vieille du blog savent ce dont je parle 😉 . J’ai des amis et des connaissances hipsters, d’autres plus barakis, d’autres encore bobos à grincer des dents. Je ne les suivrai pas partout, mais j’aime garder les moments que je partage avec eux. Certains sont les plus précieux que j’aie jamais passés et dépassent largement ces frontières. Bien sûr, il y aussi de fameux jugeurs toutes catégories confondues mais on s’en passe aussi.  Je crois qu’à force de penser que les gens « catégorisables » sont une perte de temps, on perd sans doute soi-même des moments précieux non?

Je vous laisse, je dois rappeler à une vieille connaissance hipster qu’on doit aller se boire un verre tous les deux pour se raconter nos vies comme les deux vieux dans le Muppet Show. Parce qu’au final, on terminera tous avec des gilets en laine et une haleine de chacal.

Non non non, je ne suis pas un baraki!

 

Non non non! D’ailleurs je ne bois pas cette daube, j’ai une connaissance poussée en gastronomie qui me permet de pousser des rires gras à l’Industrie quand je lâche une blague pourrie. Je bois du vin moi Madame! Le jogging, je connais pas!

Mais aussi…

– Je ne vois pas pourquoi je n’ai pas le droit de dire « rentrez chez vous! » en faisant des généralités. D’ailleurs je suis totalement avec Luc Trullemans. Il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Quoi c’était pas de lui ce superbe texte? La Liberté d’Expression mes bonnes gens! Elle est bafouée!

– J’ai vraiment cru que Stromae était saoul quand j’ai vu la vidéo. Bein quoi? Je vois une info, j’y crois! Pas besoin d’aller vérifier! Vérifier? Ca veut dire quoi en fait? Mais allez, à quoi ça sert d’abord? Internet, c’est on ne peut plus sérieux!

– Je fais encore des généralités mais j’ai le droit quand c’est les flamands ou les français. Bein oui, ils n’ont pas de couleur de peau et en plus, on a la même religion alors c’est pas raciste du tout ce que je dis. J’ai donc totalement le droit de dire « ces sales flamands ». Bein quoi? Sont chiants avec nous alors pourquoi non on n’aurait pas le droit? C’est comme ça que ça marche la vie! Comme dans les films, les oeuvres d’art avec Arnold Schawerzeneger.

– J’ai un smartphone qui coûte 600 boules minimum et je ne sais pas ce que c’est Twitter. D’ailleurs, payer pour des applis, c’est nul. Mais j’ai un IPhone et ça le fait. Quoi? Mettre internet sur le gsm? Tu rêves? C’est trop cher!

– Je subis la crise cette année. D’ailleurs, je fais partie des 1 belge sur 2 qui ne peut partir en vacances cette année. Putain mais ça me fait chier quoi! Je vais devoir me contenter de rembourser mon crédit pour mon écran plat, celui pour ma tablette, celui pour mon IPhone et celui pour mes courses au Carefour. C’est nul.

– Ils me font chier à me dire que je ne peux plus acheter le dernier Samsung! Quoi je rembourse pas mes crédits? C’est quand même pas un remboursement de maison hein! Allez m’emmerde pas mec! Laisse-moi prendre mon Samsung quoi! T’es vraiment nul!

– J’aime bien les gays. Ils aiment toujours Dalida, ils ont des goûts de fringues originaux, ils sont rigolos. Moi je les défends toujours! Je ne suis pas homophobe. Quoi? Laisser le petit à mon collègue gay pour qu’il la garde? Nan mais t’es dingue toi? Puis quoi encore? Pour qu’il lui montre sa quette? T’es fou! Quoi les homos c’est pas des pédophiles? Est-ce que j’ai dit ça d’abord? Tu vas encore me dire que j’ai fait un truc de mal c’est ça hein. Pfff, moralistrice à la con. T’es pas drôle, je blaguais hein!

– Ouawwww cool! Une imitation d’un sac Guess! Pas cher quoi! Bein quoi? C’est sur la Batte, j’ai le droit hein, si je paie!

– Tain, fais chier! J’ai encore eu un PV! Ils n’ont vraiment rien d’autre à faire ces flics à la con? Non mais franchement, j’étais seulement sur une place pour handicapés et y a jamais personne ici! Je le sais, je me mets toujours là! Hé ho ça va hein. Le code de la route c’est ok pour les fous qui font du 200km/h sur l’autoroute mais bon, les places pour les mongoles et les fois où je roule à du 140 pour arriver à l’heure au concert de Johnny Hallyday, faut pas pousser hein. C’est pas grave.

– J’ai des avis sur tout! Je suis d’ailleurs parti plusieurs fois en Espagne et je sais te dire que là, ça sait vivre! Ibiza, Malaga, Torremolinos, Tenerife. Z’ont plein de thunes là! Les Indignés, tous des chieurs quand même. Ils exagèrent.

 

Moi je vous le dis… On n’est pas sortis de l’auberge!

 

Photo Diary/ En vrac.

Ca faisait longtemps que je n’avais pas fait de « En Vrac » et je me suis dit que le mélanger avec quelques photos n’était pas une mauvaise idée…

It’s been a while since I haven’t done a « random » article and I thought it would be nice to mix it with some pics…

– Pour le moment, ma vie, c’est un peu ça:

For the moment, my life looks a little bit like this:

Pic by kiwikoo
Pic by kiwikoo

C’est le bazar autant autour de moi que dans ma tête. J’essaie de tenir au boulot avec un lit pour bureau, j’ai envie de me distraire mais je n’en ai pas trop le temps parce que les travaux sont accaparants (« Où va ce fil?… Bof… Attendez que je me souvienne… »/ « Si elle veut des lumières plus comme ça?… Bof… »….), vivre dans les travaux c’est composer pour tout chaque 1/2h minimum, … Pour l’instant, j’ai l’impression qu’il n’y a que le blog pour me distraire et encore… J’ai la sensation de devenir de plus en plus exigeante envers moi-même pour ici, du coup, j’essaie de faire gaffe à ce qu’il ne devienne pas une source de stress sans que je ne le réalise.

It’s a huge mess around me as well as in my head. I try to keep on with the work with just a bed as a desk-office, I want some distractions but I don’t really have time for it as the works in the house are making me busy-tired (« Where does this wire go?… Mmmm… Have to remember… »/ Does she want lights this way or this way?… Don’t know at all… Ho… You need an answer quick… Damned… »)…, living in a house full of works also means that you have to adapt to everything more or less every 30 minutes, … For now it seems that the blog is the only way to get out of all this… However, I feel like I’m becoming more and more harsh to me about it so I need to try avoiding this blog to become another source of stress without realising it.

– Mais je trouve des alternatives…

But I sometimes find solutions…

Pic by kiwikoo
Pic by kiwikoo

Et là, un gros merci à la Deauty Box qui m’apporte quelques chouettes découvertes. Alors que je ne prenais pas trop le temps avant, maintenant je me l’impose de plus en plus. Juste choisir de bons produits et en profiter. C’est certes un plaisir très limité dans le temps mais ça fait du bien et puisque je le renouvelle de plus en plus… Je suis certaine que ma peau me remerciera plus tard. Peut-être que j’anticipe ma future belle salle de bain?

And for this, a huge thanks to Deauty Box which brings me nice discovers. I don’t know why but I’ve never really took the time to really pamper and now, I’m trying to do it more often. Just choosing good products and enjoying it. It’s a limited time pleasure though but it’s so good and I’m sure my skin will thank me later for that. Maybe that I already picture myself in my future brand new bathroom?

– Un peu d’espoir dans des fleurs…

A little bit of hope in flowers…

Pic by kiwikoo
Pic by kiwikoo

Puisque mes orchidées ne font que des feuilles et survivent péniblement aux travaux… Je me suis dit qu’un petit peu de bulbes ne serait pas de trop pour égayer ma vue… Et je n’ai pas eu tort. Elles sont un plaisir à regarder chaque jour. Sauf qu’elles sont déjà en train de crever mais bon… Ca, je le savais.

Given my orchids only make leaves and have had a very hard life due to the works… I thought a little bit of jonquils would be good to my mood. And indeed, they are a real pleasure to admire every day. Except that they are now dying but anyway… I knew it had to happen.

– Je me fabrique des coins « home sweet home »…

I’m trying to make some home sweet home corners…

Pic by kiwikoo
Pic by kiwikoo

On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a!

I do what I can with the small things I have!

– Le cat qui aide vachement à bosser sur des tonnes de corrections… Ou aussi à garder mes petits coins propres…

The cat who helps a lot in giving me motivation in order to go further in a gazillion of corrections still to be done… Or also helps just after having cleaned one of my few corners…

Pic by kiwikoo
Pic by kiwikoo
Pic by kiwikoo
Pic by kiwikoo

– J’arrive peut-être 30.000 ans après tout le monde mais au cas où… Il y a un corner Bobbi Brown chez Douglas à Maastricht! J’ai fait des sauts de puce en le voyant. Origins est aussi présent à l’étage et quelques petits coffrets NYX. J’ai désespérément cherché Sleek et Real Techniques mais je crois que c’était trop en demander.

I might be two wars late but just in case… There’s a Bobbi Brown corner at Douglas in Maastricht! I was jumping like a little girl when I saw it. Origins is also sold there (upstairs) as well as a few NYX small boxes. I desperately looked for Sleek and Real Techniques but I think it was too much to ask for one day.

Pic by kiwikoo
Pic by kiwikoo

Bref,… Des fois, j’ai l’impression de ne plus avoir que la maison-le boulot difficile à tenir vu comment j’ai troooooop de place pour m’organiser – le blog.

Anyway… Sometimes I feel like I only have the house- my job which is hard given that I have a teeny tiny space to get organised- the blog.

J’ai envie de

I want to…

– pouvoir m’affaler dans mon divan ou aménager mon futur balcon.

go and fall in my sofa or set up my future small balcony.

– déballer les caisses auxquelles je n’ai plus le droit de toucher depuis 10 mois.

unwrap all the boxes I can’t even touch for at least 10 months.

– pouvoir me démaquiller dans un lavabo et pas au-dessus d’une baignoire.

remove my make-up in a sink and not above a bathtub.

– pouvoir faire la vaisselle normalement (je ne pense même pas au fait d’avoir mon premier lave-vaisselle où je frôle l’orgasme).

do the washing-up properly (and I don’t even want to the fact that I’m going to have a washing-machine otherwise it’s almost an orgasm).

– pouvoir déposer quelque chose sur une table sans devoir bouger autre chose.

be able to put something on a table without having to move anything first.

– d’avoir chaud quand il fait froid sans être sous 3 plaids.

not being cold anymore even with three plaids on me.

– d’avoir un frigo à portée de main et pas en bas dans les travaux.

have a fridge near me and not downstairs where there are the works.

– pouvoir enfin aménager mon bureau et créer un espace pour le blog.

set up my future office and get a real space dedicated to the blog.

– d’avoir du temps sans penser à des délais.

have time without having to think to deadlines.

– ne plus sentir de la poussière à chaque fois que je touche mon chat.

touch my cat without having my hands full of dust.

Mais je ne pourrai rien de tout ça avant bien 2 mois! Ce qui laisse le temps à l’hiver d’aller et venir 3 ou 4 fois non? En attendant, je me réjouis de vous parler d’APC, de Lavand, de Sacha shoes, de Weleda, de MAC, de battle d’huiles pour cheveux, d’une déception en soins, d’Esprit, de cocktails, d’un coup de gueule, …

But none of this  will happen before at least 2 months! Which gives the winter plenty of time to come and go as he likes to, doesn’t it? In the meanwhile, I’m looking forward to talking to to you about APC, Lavand, Sacha Shoes, Weleda, MAC, hair oils battle, a disappointment in cosmetics, Esprit, cocktails, a very angry reaction to some people laziness…

Le Point/ Sum up.

Source: Tumblr/ Michael Donovan

– Ouais c’est ça grognasse, fais la maline. J’aurai une douche plus belle que la tienne de toute manière. Reviens dans quelques mois et je gagne haut la main.

Yeah, go on bitch. I’ll soon have a more beautiful shower than yours so come back in a few months and I’ll be winning.

– Ca fait 8 mois que je ne vis pas chez moi. La cohabitation se passe bien même si certainement ponctuée de hauts et de bas. Le plus dur étant de ne plus pouvoir faire ce que je veux comme je le veux. Je constate que je suis une grande solitaire et que j’ai besoin de moments à moi bien précis… Qui me manquent. J’ai besoin de routine, de mes affaires, de mes plans… Je prends énormément sur moi et en manifeste le moins possible le besoin car je ne suis pas la seule dans le cas mais bon… Ca fait 8 mois…

It’s been 8 months since I don’t live at my own place. Living with someone else is fine even if there are some ups and downs. The harder being that I can’t do anything anymore as I wish. I realise that I’m a loner and really need some moments for me… Which I do miss. I need some routine, my stuffs, my plans… I usually take upon myself for the need of my house-plan and because I’m not the only one having her life changed but… It’s been 8 months…

– Je commence à perdre des envies et des habitudes qui me faisaient du bien au « profit » de la cohabitation et du manque de mes affaires. Ce qui m’alarme le plus étant que je n’ai plus du tout envie de faire à manger (ha bein oui… Je commence à en avoir marre de rentrer et sortir mes affaires et d’avoir tout à moitié) ni même de manger. Manger c’est chiant, c’est une perte de temps, j’ai autre chose à faire. Si on remontait le temps, je m’étranglerais.

I’m starting to lose some desires and habits which used to be good for me because of living with someone else and also due to the lack of having my own stuffs. One of the worst warning signs to me is that I’ve lost any desire in cooking… Or even eating. Eating is boring, it’s a lost of time and I have other more important things to do. If I could turn back time, I would kill myself for saying that.

– Je gérais mes papiers plus ou moins bien jusqu’à maintenant… Mais entre l’année qui se termine et une nécessité d’archivage que je sens impossible à faire, les papelards de partout qui s’accumulent pour la baraque, le boulot qui exigerait sérieusement l’embauche d’une secrétaire à temps plein (nan mais ça, sérieux, c’est n’importe quoi…) et le reste… Alors que je dois devenir justement encore plus rigoureuse, je vais justement devoir encore plus limiter l’espace qui leur est dédié. Gniiiiiii!

I was dealing with my papers pretty well… Until now… With the year coming to its end and of course, a high need to archive everything… Which will be impossible to do given all the administration stuffs being more and more numerous… At a time where I really need to be even more accurate in all that, I will have to deal with it in an even more restricted space. Gniiiiiiii!

– Nous sommes donc en décembre… J’ai dû séparer deux de mes élèves qui se bagarraient, me suis faite quasi agresser sans parler du pack qui va avec un élève pas content et j’ai eu un flot de pétards sur mon auto en guise de représailles. Nous sommes en décembre… Les profs, c’est des planqués, de sales fonctionnaires, on est trop payés, on a trop de vacances et surtout, on ne comprend pas les enfants-rois dont on s’occupe trop ou encore ceux dont on doit s’occuper à la place de leurs parents. Nous sommes en décembre et ce boulot m’a déjà vidée comme si je venais de faire l’année complète.

We are in December… I had to separate two of my pupils fighting with each other, have almost been bullied by another mine (and don’t forget the « love pack » coming with a pupil who is not happy at all…) and had a bunch of firecrackers on my car as a kind of « threaten gift ». Teachers… Those lazy people paid too much, having too much holiday and never able to understand any of our poooooor pupils… We are thus in December and that job exhausted me as if I was at the end of the school year.

– Je vais arriver à passer le cap de l’année 2012 sans jamais avoir vu ni entendu en entier cette foutue chanson de l’autre crétin coréen qui se la ramène alors que franchement, après M. Pokora, N. Leroy, C. Dion, Lorie et autres « nouveautés »… Il a quand même de la concurrence moi je dis.

I’ll manage to go through 2012 without having seen nor heard the entire song of that stupid Corean.

– Je veux passer une soirée dans mon divan à moi avec mon chat, m’endormir devant la télé, pouvoir aller prendre ce qu’il me plaît dans mes armoires sans que ça ne devienne une fouille archéologique, ne plus me retenir de faire telle ou telle chose parce que ce dont j’ai besoin est au fond d’une boîte, bloguer quand je le veux et non quand les étoiles daignent s’aligner, bloguer sans avoir un oeil près de moi, faire mes courses et me prévoir mes repas…

I want to spend an evening in my very own sofa with my cats, falling asleep in front of my tv, being able to take whatever pleases me in my cupboards without that stupid action turning into an archeological excavation, stop preventing me from doing one thing or another because what I need is deep down in a box, blogging whenever I want and not when stars aligns, blogging without having an eye next to me (or planning it), going on shopping for myself and planning my meals…

– Je veux une salle de bain! Quand j’y réfléchis, je n’ai jamais eu de vraie salle de bain de toute ma vie. La première étant un truc aménagé dans un couloir et séparé par une longue armoire… La deuxième étant une pièce de 2m sur 2,5m-3m à se partager à 4, la dernière étant… Encore un truc aménagé dans un couloir… J’AI BIENTOT 30 ANS ET JE VEUX UNE VRAIE SALLE DE BAIN A MOI! De quoi pouvoir ranger mes affaires, ne pas composer constamment, un espace à moi, juste pour ça.

I want a bathroom! When I think about it, I have never had a true real bathroom in my whole life. The first was a kind of hallway converted into a bathroom and separated thanks to a wardrobe, the second was a 2m/3m bathroom to share between four persons and the last one… Again a hallway converted into a kind of bathroom… I’M ALMOST 30 AND I WANT MY VERY OWN BATHROOM! Something where I can store my stuffs, not having to share or make concessions.

– C’était sans doute le dernier billet de râleries de 2012 tiens!

And anyway, without a doubt, it will be the last post concerning my hoooooooo so famous complaints in 2012!