CU Festival te distrait du 9 au 11 mai à Liège!

Ceux qui me suivent depuis longtemps savent que je ne parle pas toujours que de choses de filles ici. J’aime partager des commerces, des endroits, des moments et des initiatives, encore plus lorsqu’il s’agit de Liège.

CU_BannerMailchimp

Ici, il était hors de question que je passe à côté de ça: le CU Festival. Pour une fois que la ville est joliment mise en valeur à travers les arts sans oublier certains quartiers emblématiques et indispensables à l’esprit liégeois (oui, Outremeuse Grand, on n’y va pas que pour le 15 août, c’est AUSSI un chouette endroit), ça aurait été une torture de ne pas partager ça par ici.

Le CU Festival est donc un festival où plusieurs pans de l’art seront mis en avant. La musique, bien sûr, avec des interventions de groupes de nos collectifs (Jaune Orange, Honest House, …) comme d’artistes venant de l’étranger, mais aussi la danse, le théâtre, le sport… Le tout sera réellement inclus non seulement dans la ville, mais aussi dans les commerces-mêmes. C’est ainsi que j’ai appris cette semaine que, si je voulais aller manger une frite à La Frite, je pourrais le faire le vendredi soir en écoutant Lefto par exemple. Le samedi après-midi, j’irai au Marché Vintage à la Caserne Fonck après avoir vu Simon Kingsburry sur la Passerelle… Ou peut-être que j’irai voir la place du Marché revisitée en petit Montmartre? En tous cas, je terminerai en me trémoussant sur le son de Cheveu à la Caserne Fonck, c’est certain! Et puis dimanche, j’irai voir mon premier match de Roller Derby après mon petit tour sur la Batte!

Et ce n’est qu’un léger aperçu de tout ce qui sera proposé tout au long de ces 2 jours et demi à travers Liège.

Certains événements du festival seront bien entendu gratuits, d’autres nécessiteront votre pass qui, pour toute la durée du festival, vaut 12EUR (+ frais de réservation). C’est pas la mer à boire pour vivre en plein milieu d’un splendide festival faisant la part belle aux arts et aux découvertes…

Et puisque j’adore ma ville et que le CU Festival a accepté de me faire confiance, nous offrons le pass à deux petits veinards! Pour cela, il vous suffit de m’envoyer un mail à 1feedanslesetoiles@gmail.com avec pour objet « CU Festival » dans lequel vous devrez me dire depuis quelle année ce blog existe. Vous avez jusqu’au mardi 6 mai à minuit pour tenter votre chance!

Pour les autres, les pass sont disponibles à la FNAC ou en ligne.

En attendant, je vous laisse avec la délicieuse LadyLike Lily, joli croisement hybride entre Alela Diane, Cat Power et Julie Doiron… Oui, si vous venez, vous pourrez la voir…

Roooock Heeerk!

Je vais au Rock Herk cet après-midi!

J’ai de nouvelles bottes mauves, une parka achetée en soldes (fière de l’affaire!) que vous verrez bientôt par ici, une autre veste anti-pluie AVEC capuchon, un parapluie, … Et je me prépare à m’avaler un Brasilia ( célèbre resto à Liège ouvert 24h/24) à mon retour comme il est de tradition depuis maintenant 4 ans.

Un peu de changement dans toutes les démarches que je dois faire pour la maison, revoir des amis dont je n’ai plus de nouvelles qu’à travers Facebook faute d’avoir le temps ou la force de les voir… Bref, la pluie, je m’en fous, on s’amusera comme des petits fous!

En espérant que je puisse choper un réseau, vous pourrez peut-être suivre deux trois impressions via mon Toooouiiiiiteeeur!

 

Bon, c’est pas tout ça mais je suis encore en pyjama moi! Hop hop hop!

Ce samedi…

T’as pas le choix, tu bouges là:

Toutes les infos sont sur l’affiche sauf que tu dois savoir qu‘il n’y a déjà plus de pré-vente à La Carotte, que l’année passée, c’était sold out mais que si t’as oublié de prendre ta pré-vente, il y aura encore quelques tickets vendus sur place… Si tu arrives tôt bien sûr.

 

Lundi en musique.

Déjà mis Efterklang une fois mais après les avoir vus au micro-festival, je me suis rappelée qu’ils étaient encore meilleurs que dans mon souvenir. Sans doute un des meilleurs concerts de mon année.

Un splendide Micro-festival pour lequel je remercie Jaune-Orange. Une programmation très bonne, une ambiance très familiale, un cadre splendide et surtout, une atmosphère de travail des plus décontractées. Je suis toujours tombée sur des équipes d’une sympathie naturelle et très touchante.

A l’heure où beaucoup se sentaient horriblement orphelins, le Micro-festival a sans doute fait renaître une lueur d’espoir auprès de ceux qui, comme moi, n’arrivent plus à apprécier que des évènements à dimension « familiale ». Errant sans peine après le tragique décès d’un monument du festival pointu et limité dans le nombre – feu le Rhââââ Lovely-, suivi de très près par celui dans lequel on avait placé tous nos espoirs pour reprendre le flambeau – feu le Honest Rock festival-, Jaune Orange est peut-être bien là pour proposer à tous une juste mesure. Entre programmation de grande classe et musique abordable, Jaune-Orange a réussi à s’installer doucement mais sûrement.

On espère tous une suite qui gardera ce même esprit « bon enfant », décontracté et sérieux à la fois.

Lundi en musique/ Agenda (f)estival original.

Un lundi en musique assez spécial puisque j’en profite pour faire un agenda des plus tentants.

En effet, ce samedi 7 août, le déjà adoré et mentionné 10 millions de fois collectif Jaune Orange organise, à l’occasion de ses 10 ans d’existence, un micro-festival des plus alléchants. Un line-up fidèle à ce qu’ils ont toujours su nous offrir: une programmation pointue et éclectique conjuguée à un espace convivial, des prix plus qu’abordables (1,60EUR la chope quoi. Moi qui croyais qu’il n’y avait plus que la café pourrave en bas de chez moi qui pratiquait ces tarifs…), des échoppes de miam miam variées – et aussi à des tarifs loin d’être excessifs, ça change d’autres festivals!-, une atmosphère toujours bonne enfant… Que demander de plus?

A cette occasion, on pourra donc apprécier les très attendus Efterklang -dk- (voir la vidéo ci-dessus) mais aussi Panico-cl-, Black Diamond Heavies-usa-, Action Beat-uk-, Kelpe -uk-… Et pour ce qui est du produit belgo-belge, nous ne serons pas en reste puisqu’on pourra revoir avec un plaisir que nous ne cacherons pas: Colonel Bastard (yiiiiiiiiiiihaaaaaaaaa!), Boston Tea Party ou encore Piano Ketchup.

Comme tu l’as vu sur l’affiche, les préventes sont à 6EUR (festival moins cher que ça et tout aussi bon, si tu m’en trouves un, je t’offre une chope) et 10EUR sur place. Tu arrives tranquillement à l’Espace 251 Nord (quartier St Léonard à Liège, et si t’as peur de pas trouver, Google est ton ami!) vers 13h et tu te laisses porter gentiment jusqu’à ce que ce soit fini.

Pour plus d’informations sur les groupes (notamment des vidéos) ou encore, l’organisation, vous trouverez tout sur le myspace officiel du festival en cliquant tout simplement ICI!

Ardentes 2010 J3 et J4.

Pic by Goldo.

J3:

Toujours sous un soleil de plomb, les festivaliers courageux ont continué leur marche. Pour ma part, j’ai pu voir en vitesse (donc jamais en entier):

TUNNG: Dans la HF6 en plein milieu d’après-midi. Hormis quelques vieilles valeurs sûres telles que Bullets gentiment offert à la fin, les membres de TUNNG semblent se conforter dans des compositions de plus en plus dignes du vieux groupe installé. Chansons sans véritables cachet, même bobonne aurait pu y trouver son compte. On saluera néanmoins leur prestation: les pauvres n’ont pas hésité à bouger et à mettre une ambiance dans les limites du possible. En effet, la HF6 était un véritable four. Chaque festivalier, sans exception, luisait de sueur et il est certain que fournir un effort physique – lever un bras, lever une jambe, tourner la tête… Bref, que du sport quoi – à l’intérieur de la salle relevait de l’exploit.

C’est en sortant de ce concert que j’ai décidé d’épargner ma vie et de ne plus jamais remettre un orteil dans la HF6. Les syncopes, je m’en passe volontiers.

Babyshambles: Pete Doherty semblait en forme – soit: il souriait, bougeait et parlait même- pour quelqu’un qui s’était fait hospitalisé 2 jours auparavant. Le bonhomme, que j’ai pu croiser peu avant son concert est plein de charme splendidement ravagé par les drogues et autres excès. Je trouve ça horriblement triste de voir quelqu’un de si jeune dévasté comme s’il avait déjà passé la moitié de sa vie dans la rue. Bref, le grand gaillard (car il est grand, ridiculement grand) au chapeau de paille -houhouuuu! Nicolas le jardinier?- a fourni un concert très conventionnel. Hormis les deux danseuses idiotes qui s’amusaient à faire des pointes autour de la scène, je n’ai rien trouvé de très transcendant de tout le concert. Le conventionnel en était devenu vite ennuyeux… J’ai préféré passer du côté obscur du festival et rentrer en espace presse… Quoi qu’il en soit, sachez qu’il m’a semblé très sympathique, jamais contraire pour quelques photos avec des fans même lorsqu’il doit se dépêcher. Pour quelqu’un qui vit dans le pays des tabloïds et qui en a fait maintes fois les frais, j’ai été agréablement surprise.

Ben Harper: J’ai accompagné une amie voir un bout du concert. Sachez que Ben, il ne me fait ni chaud ni froid. Le côté Jah World yah man n’a jamais été pour moi. Les dreadlocks ça me hérisse jusqu’au poils de nez voyez-vous. Cependant, j’ai pu voir un mec très sobre qui a fourni un concert de très haute qualité. Professionnalisme, performances parfaites et pas de fioriture. Mais est-il normal de s’en étonner? Quand ce n’est pas un excès de paillettes et de tenues fashion, c’est de l’excès d’alcool et de drogues. Du coup, lorsqu’on en voit enfin un qui est juste pro, doit-on vraiment l’applaudir parce qu’il fait juste son boulot sérieusement? Ne tombe-t-on pas nous-mêmes dans l’autre excès? Celui du public tellement habitué à des performances nullissimes que dès qu’un musicien arrive sans tout ça, il est automatiquement apprécié?

Bref, le concert était sans doute très bon mais c’est le genre de musique qui ne me fait pas plus d’effet que ça donc idem: retour dans ma grotte.

Finalement, je suis une vraie moule, mais j’étais tellement épuisée par la chaleur que je ne suis même pas allée voir Charlotte Gainsbourg – puis j’avais l’épreuve bawette à accomplir juste après-.

J4:

Moi n’avoir rien vu du tout de toute la journée. La force de la bawette m’a tellement attirée que j’ai fait 1h de plus que ce qui était prévu. J’ai donc encore sué toute l’eau *la bière? naaaaaan… Oui?* que je m’étais avalée entre-temps. J’ai profité des derniers moments avec les équipes qui étaient adorables et eu des fous-rires qui m’ont poussée aux larmes. Je ne me souviens plus d’un tel fou-rire.

Bilan?

« Fait chaud/ Je plaque/ Eventail/ Eau/ Je suis molle/ petit sanglier en broche… » ont sans doute été les maîtres-mots de ce festival. J’aurais pu voir plus de concerts, ce n’était pas le temps qui me manquait, mais je n’en avais pas la force et je salue d’ailleurs bien bas tous les festivaliers qui se sont tenu à leur programme en faisant fi de la chaleur écrasante. Du côté du public, je n’ai jamais vu autant de filles aussi bien gaulées. Va falloir me dire d’où elles sortaient parce qu’en plus d’être toutes méga-minces, elles étaient toutes très bien « habillées ». Elles sont où ces filles dans la vie normale? … Ouais bon, non, qu’elles restent chez elles, la double dépression « où ont-elles mis leur graisse/ où vont-elles chercher tout leur fric? », je m’en passerai.

Vivement l’édition de l’année prochaine. Avec un temps aussi splendide mais un chouïa plus d’air ne serait vraiment pas du luxe.