Une fée dans les étoiles!

De jolies choses pour ton visage d'ange, des bons plans lifestyle. Beaucoup d'amour pour Liège, un peu de vagabondage, énormément d'humour.

Le sport m’a tuER.

11 Commentaires

 

Enfin non, pas totalement… Il m’a juste mise sur le banc de touche pendant un moment mais je le prends vraiment très mal.

Revenons à l’origine des choses…

Il y a un bon mois, je recommence le modern jazz après plus de 10 ans d’arrêt. Plus motivée que jamais, je constate surtout que, malgré le fait que je sois totalement perdue dans ce cours et qu’il va falloir me faire à l’idée que ça prendra du temps pour rattraper mon niveau d’antan, la motivation ne me quitte pas. Plus étonnant encore, ça me grise.

Du coup, un truc étrange dans mon cerveau me dit que je pourrais peut-être aussi me mettre doucement à quelque chose que j’exècre: le jogging. A MON rythme (pas celui des profs de gym d’école tarés qui pensaient qu’on était des athlètes parce qu’on était encore jeunes… Et mon luc c’est du poulet?), où je veux et régulièrement mais gentiment. Pas de performance, juste une envie d’entretenir mon corps un minimum, prendre le temps de faire le vide dans ma tête et m’aérer les idées plusieurs fois par semaine.

Le jogging, c’était parfait, hormis un bon investissement obligatoire en équipement au début, c’est un des sports qui ne coûte rien d’autre que du temps et de la sueur. Vu le peu de matos de ce côté (Des baskets? C’est quoi ça?), je me suis donc dirigée vers les magasins de sports histoire de remédier à ce vide intersidéral. Et qui dit vide à combler, dit vide à créer dans le compte en banque… Mais bon, si je divisais mes achats sur une longue période de temps, je ne m’y mettrai jamais. Cela aurait été bête de ne pas profiter de cet élan de motivation.

Sur ma liste donc: baskets pour le jogging sur terrain dur à raison de 2-3 fois/ semaine (oubliez toutes les baskets en dessous de 50EUR…); tant qu’à faire, un soutien-gorge de sports, ça servira aussi pour la danse et faire du sport n’a pas pour but de faire descendre ma poitrine à même le sol, que du contraire (oubliez aussi ceux en dessous de 50EUR si vous voulez de la qualité…); 2-3 frocs de sport, quelques T-shirts basiques ainsi qu’un survêt’ pour les jours de plus en plus froids; un truc qu’on « scratche » sur le bras (j’ai pas encore acquis le vocabulaire de pro, vous pouvez le constater…) pour y mettre mon IPod parce que courir sans musique, t’oublies direct. Je suis peut-être un peu trop motivée mais pas encore folle.

Et c’est ainsi, armée de tout mon matos et d’un programme progressif pour démarrer la course, que je suis partie guillerette afin d’attaquer le Ravel! Ce programme exigeait 3 courts joggings par semaine que j’étalais sur plus de temps histoire de prendre en compte aussi le cours de danse hebdomadaire.

1ère fois: Le temps est magnifique, le « machin-scratch » pour IPod, je lui ferais bien des bisous, je sue comme un ptit cochon de lait sur le feu, c’est quelques fois dur mais ce programme reste abordable… Bon, ok, les 3 dernières minutes, je crois que je vais mourir mais je fais tout jusqu’au bout. Je n’ai pas oublié de m’échauffer un minimum et je m’étire en rentrant. 18 minutes de marche et de course alternée, je rentre, je suis contente, l’esprit léger et fière de moi. Un peu moins fière le lendemain à cause des courbatures mais je vois ça comme des blessures de guerre, UGH!

2ème fois: Le plus dur, c’est de se dire d’y aller en fait. Une fois que je suis sur le Ravel, je ne regrette plus rien. Je commence même à lever la tête du sol et à profiter du paysage pendant que je cours. Je gère un peu mieux certains temps à courir. Je dois certainement améliorer ma manière de courir mais bon, une chose à la fois hein.

Cours de danse (déjà commencé auparavant sans aucun souci): … Bizarre, j’ai l’impression que mes genoux vont me lâcher… J’adore toujours autant mais là, je me demande si mon corps ne va pas juste se barrer en courant sans moi. Les genoux? Que se passe-t-il? Boh… Je prends ça pour un petit surmenage, je ne force pas de trop. Après tout, je n’ai plus 18 ans.

3ème fois: Je profite un peu plus encore de la course. M’échauffe et m’étire mieux avant et après. Gère encore mieux certains temps… Je rentre… Mes genoux me disent prout je crois… Mes genoux parlent!

Résultat: Je décide de laisser passer une semaine sans sport. Le genou gauche me fait souffrir dès que je fais plus de 5 pas. Des douleurs que j’avais déjà ressenties adolescente et qui avaient été diagnostiquées par un gonflement des cartilages dû à trop de sport doublé d’une croissance… Sauf que je ne « croisse » plus! Je me dis que la douleur diminuera et que je m’y remettrai mais encore plus doucement.

… La douleur ne diminue pas. Merde… Bon, direction médecin qui ne voit rien… Rendez-vous chez le radiologue pour radio et écho la semaine prochaine et… Cerise sur le gâteau: interdiction de sport pendant 2 semaines.

Conclusion: je me suis ruinée en bon matos histoire de « jogger » correctement et je ne peux plus rien faire pendant 2 semaines. Mes belles baskets toutes neuves me narguent à chaque fois que je passe à côté d’elles et je crève d’envie de suivre mon cours de danse mais je dois me contenter de faire pirouette-cacahuette avec mes mains.

La motivation n’a pas disparu mais une connasse est apparue: la frustration. Sans parler du nombre de fois où elle apparaît hors situation « sportive », c’est-à-dire toutes les fois où je vois le solde de mon compte… Vidé par tout ce matos auquel je ne peux plus toucher!

Voilà, j’ai râlé… Et ça fait presque autant de bien que du jogging!

 

 

11 réflexions sur “Le sport m’a tuER.

  1. Si le monde était bien fait, je pourrais te donner mes genoux, je pense qu’ils iraient mieux avec ta motivation qu’avec la mienne… d’ailleurs, ça fait un bout de temps que je l’ai pas vue celle-là, maintenant que j’y pense…

    • Ho bein écoute, on ne sait jamais, avec toute la technologie qui va vite 🙂
      Pour la motivation, j’ai réalisé qu’il ne fallait surtout jamais commencer en voulant tout faire d’un coup. Le programme que je suivais était totalement zen (1min marcher, 1 min courir -2fois- 2 min marcher, 2 min courir, etc). Et en commençant doucement, finalement, ça n’est pas dur du tout. Ca devient dur quand t’atteint les 3 minutes mais bon, vu qu’il ne te reste plus que ça, tu fais et tu rentres tranquille. C’était Start To Run, tu trouves ça sur le net. Faut arriver à se dire que ça peut devenir un plaisir, que ça ne doit jamais devenir une contrainte.

      Malgré le côté zen du programme, mes vieux os m’ont tout de même dit pouet…

      Au fait, je n’arrive pas à m’abonner à ton blog, c’est pour ça que je n’y vais pas régulièrement, j’espère que tu ne m’en tiens pas rigueur!

      • Merci pour le nom du progamme et pas de soucis pour le reste… je ne pense pas avoir les compétences pour régler un éventuel problème d’abonnement, je ne sais pas d’où ça peut venir … Mais au plaisir de se croiser, ici ou ailleurs!

  2. Mes mauvais genoux sont mon excuse en béton armé pour me passer de sport (même que, des fois, ça me fait enrager parce que j’aurais bien fait des claquettes cette année).
    Ajoutons à cela que je vis tout en haut d’une colline, que je n’ai pas de voiture et que j’ai horreur du bus 😉

    • « Les tarés de profs de gym d’école » !!! Etaient-ils tous comme cela ??? J’avais et j’ai toujours horreur de la course, et je ne me souviens pas t’avoir fait bêtement courir autour de la cour de récré. « Ne faite pas aux autres ce que vous n’aimeriez pas de subir vous-même! »

    • Catherine: C’est lourd quand t’es motivée et que ton corps te bloque… Mais tu fais déjà du sport hein. La marche à pieds, c’est pas rien, surtout pour arriver jusque chez toi!

      Mister Gillot: C’était cool avec vous. Plein de cumulets, plein de roulés sur la « bom »… Puis sont arrivés les profs de secondaires, les escaliers de Bueren et les 45 minutes de courses sans arrêt avec distance minimum à parcourir dans le parc de la Citadelle… C’est d’ailleurs là que mes problèmes de genoux ont commencé…

  3. Cela fait des années que je me dis que je devrais faire du sport, mais je n’ai toujours pas trouvé ce qui me plairait. Enfin si, j’aime le vélo, mais je ne l’ai pas sorti une fois de l’été – tu vois donc le niveau de ma motivation.
    N’empêche au vu de ton investissement, finalement acheter un vélo d’appartement revient au même. J’y repenserai.

    J’espère sinon que pour tes genoux, ce n’est pas trop grave…

    • Radio et écho jeudi, on verra. Je crois que c’est une sorte de tendinite récurrente. Vu un ami hier qui m’a expliqué qu’il avait le même problème et que c’était ça. Si c’est ça, va falloir modérer les sports qui font du choc aux genoux…

      Le vélo c’est cool! Moi je n’ai pas d’endroit pour en entreposer un mais que je vivais à Valence, j’en ai fait tout le temps (tout était plat aussi…)! J’ai rien vu et j’ai perdu du poids… Que j’ai gagné en muscles et pas nécessairement où je voulais mais bon… L’important c’est que je m’amusais. Les paysages, sensation de vitesse légère, etc. C’était le pied!

  4. Le fin mot de l’histoire c’est que tu ne « croisses » certes plus en hauteur, mais peut-être continues-tu à « croisser » en largeur maintenant ? 😀

  5. Je décide de me mettre au sport fin juin. Je prends mes pieds, et pars courir le 1er juillet dans les bois près de chez moi. Je trébuche sur une racine, vol plané => entorse flamboyante…Trois mois et demi plus tard….Ma cheville a enfin consenti à dégonfler, mais je dois encore faire hyper attention aux chaussures à talon, et pas de sport encore un bon mois. GREUH

    Et j’adorerais me remettre au vélo, mais j’ai un genou déjà retapé qui me crie « certainement pas »…Faites du sport ado, vous ne le regrettez pas du du tout à 30 ans 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s