Le délire du dimanche gris.

Il me fait pisser de rire ce cat.

Bon, et sinon, il fait gris, j’ai la flemme, je dois bosser sur un travail des plus pénibles où la broderie écrite sera de mise. Tout ce dont j’ai vraiment envie, c’est d’aller me foutre dans un cinéma sans me sentir coupable, passer du temps libre… Sans me sentir coupable… Vivre sans me sentir coupable d’avoir une tonne de boulot à faire…

Reste 1 mois et 22 jours…

6 réponses sur « Le délire du dimanche gris. »

  1. Je n’ai que que trop bien connu la trépidante existence où tout semble voilé par l’omniprésente arrière-pensée des échéances à venir, où même le sommeil peine à exhaler pleinement sa torpeur bienfaisante et réparatrice.

    Si tu le souhaites, je peux essayer de t’aider pour ton travail pénible.

    1. Houuuu… Toi aussi t’as fait des rêves où tu rendais tes trucs en retard, ou t’arrivais quand tout le monde sortait…

      Merci mais pour le travail pénible, je dois faire un dossier comportant une réflexion personnelle sur toute l’année. Je dois juste me retenir de ne pas dire: l’EEEEEEEEEEEENFER sur les 10 pages exigées et arriver aussi à ne pas condenser le tout sur 3 paragraphes tellement cette année me gave. Vu que c’est une réflexion personnelle, y a que moi qui peux m’y coller…

      1. Oui pour ce genre de rêves : avant, pendant et même plusieurs années après ! 🙂
        La dernière fois j’ai rêvé que j’avais oublié de m’inscrire aux concours d’entrée des Grandes Ecoles, et donc que toute mon année de prépa était foutue à cause d’une simple connerie !

        Pour la réflexion sur l’année, intégrer subtilement ce type de ressenti peut se révéler à la fois original et très personnel…

      2. Hahaha, en effet, exactement les mêmes rêves débiles 🙂

        Pour la réflexion… Mmmoui, pour ceux qui n’ont jamais bossé dans l’enseignement ok, mais moi ça me gave royal. De plus, on nous demande de réfléchir sur ce genre de couilles depuis le début de l’année alors… en gros, l’agrégation, c’est beaucoup de travail et de blabla fort inutiles mais bon… Faut bien que les huiles universitaires justifient leur salaire…

  2. Tu veux un truc vraiment comique ? Allez, tiens, c’est cadeau :
    hier, en travaillant chez moi (ben oui, ça m’arrive, même le dimanche…), quelle ne fut pas ma joie de découvrir que ma clé USb du boulot s’était auto-effacée. Pour faire court : deux ans de boulot dans mon c**
    Et le pire, c’est que j’ai encore réussi à en rire !

    En fait, j’y vois comme un signe : arrêter de travailler chez moi pendant mes heures de loisirs (faut savoir être philosophe dans ces cas-là).

    Et sinon : COURAAAAAAAAAAAAAAAAAAGE !!!

    1. Haaaaaaaaaaaa! Une collègue de poisse informatique! C’est le genre de choses qui m’arrive… Pour mon mémoire (encore heureux que j’avais sauvegardé et que je n’avais plus trop grand chose à réactualiser, cela dit, j’ai quand même dû refaire des recherches), j’ai eu un virus qui m’a planté mon ordi royal… Et oui, j’en ai aussi ris. C’est la meilleure des choses qui reste à faire je pense 🙂

      Merci miss!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s